Féminicide de Mérignac : Un blâme pour un haut gradé, sept policiers convoqués en conseil de discipline

ENQUETE Le directeur zonal de la sécurité publique (DZSP) du Sud-Ouest sera aussi sanctionné par sa hiérarchie

C.C.
— 
Des personnes se rassemblent devant la maison de Chahinez Boutaa.
Des personnes se rassemblent devant la maison de Chahinez Boutaa. — MEHDI FEDOUACH / AFP

Les sanctions commencent à tomber cinq mois après le féminicide de Mérignac près de Bordeaux. Chahinez Daoud, une femme de 31 ans, avait été brûlée vive par son mari en pleine rue. Selon FranceInfo, le directeur zonal de la sécurité publique (DZSP) du Sud-Ouest devrait recevoir un blâme dans les prochains jours alors que sept autres policiers seront rapidement convoqués en conseil de discipline.

Ces derniers sont tous soupçonnés d’avoir fait de graves erreurs d’appréciation. La jeune femme avait par exemple déposé plainte contre son mari (déjà condamné à de la prison pour des violences conjugales) un mois et demi avant d’être tuée, en mars. Toujours selon FranceInfo, deux commissaires, deux commandants, un major, un brigadier-chef et un gardien de la paix vont donc passer en conseil de discipline dans les prochaines semaines.

Les sanctions peuvent aller du simple avertissement à la révocation totale

Pour rappel, le policier qui avait recueilli la plainte de la victime avait été lui-même condamné pour violences conjugales en février 2021. Il est déjà passé en conseil de discipline pour ces faits et celui-ci a proposé une sanction d’un an d’exclusion temporaire de ses fonctions et d’un an d’exclusion avec sursis. La direction générale de la Police nationale (DGPN) doit maintenant confirmer cette sanction.

Lors de ces conseils de discipline, les sanctions peuvent aller du simple avertissement à la révocation totale. Finalement la DGPN s’est montrée plus sévère que les recommandations de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) qui n’avait même pas mentionné le directeur zonal de la sécurité publique.