Lyon : Que sait-on de l'attaque qui a visé trois policiers à la Duchère ?

ENQUETE Trois policiers ont été visés par des tirs dans une zone de deal du quartier de la Duchère, lundi 24 octobre au soir. La présence initiale d’un homme armé aurait motivé la venue des forces de l’ordre

Jennifer Lesieur avec Thibaut Chevillard
— 
Les policiers avaient reçu le signalement d'un homme tenant une arme longue (illustration)
Les policiers avaient reçu le signalement d'un homme tenant une arme longue (illustration) — Caroline Girardon
  • Un échange de tirs a eu lieu le soir du lundi 24 octobre dans le quartier de la Duchère, à Lyon. Il n’y a eu ni blessé, ni interpellation.
  • Trois policiers de la brigade anti-criminalité étaient venus interpeller un homme armé dans cette zone connue pour son trafic de drogue.
  • Accusé de ne pas installer assez de caméras de vidéoprotection à Lyon, Grégory Doucet a répliqué qu’il y en avait 60 à la Duchère.

Lundi 24 octobre au soir, trois policiers de la brigade anti-criminalité ont été délibérément visés par des tirs dans le quartier de la Duchère, à Lyon. Un échange de coups de feu a suivi avec les forces de l’ordre, qui se sont repliées. Aucun blessé n’est à déplorer et aucune interpellation n’a eu lieu.

Pourquoi les policiers sont-ils intervenus ?

La présence d’un homme armé serait à l’origine des tirs, a-t-on appris de source policière. Vers 19 heures ce lundi soir, celui-ci a été signalé à proximité d’un point de deal à La Duchère. L’équipage de la brigade anti-criminalité qui s’est rendue sur place a observé la présence d’un petit groupe de personnes, parmi lesquelles un individu tenant une arme longue. L’homme en question a repéré les policiers et a ouvert le feu dans leur direction tandis que les autres se dispersaient. Le tireur, qui a pris la fuite, est toujours recherché.

Quelles ont été les conséquences ?

Le quartier a été sécurisé, notamment avec l’aide de l’antenne du Raid de Lyon. A 23h30, l’intervention était terminée. Une enquête a été ouverte pour tentative d’homicide volontaire sur personne dépositaire de l’autorité publique, et confiée à la police judiciaire de Lyon.

Y a-t-il suffisamment de caméras de vidéosurveillance à Lyon ?

Le maire de Lyon, Grégory Doucet (EELV), s’est rendu sur place : « C’est un fait extrêmement grave puisque manifestement ces tirs étaient faits pour tuer », a-t-il déclaré. Laurent Wauquiez (LR), président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, a dénoncé une insuffisance en termes de sécurité : « Une fois de plus, aucune caméra ! Quand est-ce que le maire de Lyon sortira de son dogmatisme et traitera sérieusement les questions de sécurité en acceptant notre proposition de financer des caméras ? », a-t-il rétorqué ce mardi. Une proposition réitérée par le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, qui a exhorté par courrier le maire de Lyon à installer plus de caméras de vidéoprotection à Lyon, principalement dans les lieux de deal.

Des accusations que Grégory Doucet a réfutées ce mardi matin lors d’une conférence de presse : « Sur le quartier de la Duchère, il y a déjà 60 caméras d’installées, donc on ne peut pas dire que le quartier ne soit pas vidéo-protégé », a-t-il protesté. En ajoutant : « La semaine dernière, on avait remarqué que sur ce territoire, il n’y avait pas de couverture de vidéoprotection, j’ai donc demandé à ce qu’on déplace certaines caméras pour pouvoir couvrir cette bande de territoire. »