Haut-Rhin : Une marche blanche après le suicide de Dinah, 14 ans, victime de harcèlement scolaire

DRAME L’adolescente était harcelée depuis plusieurs années par les mêmes élèves du fait de son orientation sexuelle

M.F avec AFP
— 
Malgré les campagnes du gouvernement, le harcèlement scolaire fait encore des victimes dans les collèges et lycées de France.
Malgré les campagnes du gouvernement, le harcèlement scolaire fait encore des victimes dans les collèges et lycées de France. — GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Dinah ne fêtera jamais ses 15 ans. L’adolescente a mis fin à ses jours en se pendant dans sa chambre, la nuit du 4 au 5 octobre dernier à Kingersheim, en Alsace. D’après sa famille, cela faisait deux ans qu’elle était harcelée par des élèves de son collège. Une marche blanche organisée en sa mémoire, ce dimanche à Mulhouse a rassemblé plus d’un millier de personnes.

« Ma fille a été harcelée pendant deux ans, pendant deux ans, on a fait des pieds et des mains pour que ça s’arrête » mais elle a été « poursuivie jusqu’à la maison, jusqu’aux réseaux sociaux », a expliqué sa mère lors du rassemblement. Dinah « était une personne intelligente, elle aimait la vie, elle voulait être présidente de la République, elle voulait faire du droit, elle voulait faire tellement de choses », a-t-elle poursuivi suppliant les parents de sensibiliser leurs enfants sur le harcèlement.

« On va te montrer des méthodes pour ne pas te rater »

Le calvaire de l’adolescente a commencé lorsqu’elle était en 4e. « Dinah avait un petit groupe d’amies et un jour elle a eu le malheur de leur dire qu’elle était LGBT », raconte au micro de RTL sa maman. Les jeunes filles commencent par créer « un groupe WhatsApp pour se moquer d’elle ». Viennent ensuite les bousculades dans les couloirs du collège et les insultes : « sale lesbienne », « sale intello », « sale race » ou encore « sale métisse ». « Le collège nous appelait tous les jours pour qu’on vienne la chercher », confie la maman.

En mars, Dinah fait une première tentative de suicide. Une enquête est ouverte et une confrontation est organisée entre Dinah et ses harceleuses. Mais malgré cela, l’enfer de la jeune fille continue. « Elles lui ont envoyé un courrier pour lui dire “t’inquiète pas, la prochaine fois c’est la bonne, on va te montrer des méthodes pour ne pas te rater” », rapporte la maman de Dinah. Le harcèlement ne prend pas fin dans son nouveau lycée à Mulhouse (Haut-Rhin), puisque l’adolescente recroise ses harceleuses à la cantine, commune à plusieurs établissements du secteur. « A partir de ce moment-là, tout lui est remonté », assure la maman, dont la fille se suicidera quelque temps après.

Une enquête ouverte

La procureure de la République de Mulhouse, Edwige Roux-Morizot, avait indiqué vendredi qu’une enquête pour recherche des causes de la mort avait été ouverte. Elle doit permettre « de comprendre les raisons du geste de cette adolescente, qui avait fait l’objet selon ses proches de harcèlement au sein de son établissement scolaire quelque temps auparavant », a-t-elle précisé. « Dans l’immédiat », le harcèlement est « une hypothèse », a insisté la magistrate.

La famille de Dinah souhaite également porter plainte contre X et contre le collège. En effet, la mère de l’adolescente a assuré sur RTL que, lorsque son mari avait réclamé que des mesures soient prises afin de mettre fin à ce harcèlement, le collège avait rejeté la faute sur l’adolescente en disant qu’elle en faisait « un peu trop » et que c’étaient des « chamailleries entre gamines ».