Gironde : Dix-huit chevaux vont être saisis pour maltraitance animale à la suite du dépôt de deux plaintes

INFO « 20 MINUTES » Les animaux vont être pris en charge par deux associations à partir de ce samedi matin

Clément Carpentier
— 
Les chevaux sont extrêmement amaigris.
Les chevaux sont extrêmement amaigris. — Eric Martin
  • Le parquet de Bordeaux a ordonné la saisie de 16 à 18 chevaux à Canéjan et Léognan en Gironde en raison d’un « abandon volontaire d’animaux domestiques apprivoisés ou captifs ».
  • Cette décision arrive après le dépôt de deux plaintes de la part de l’association Ne crin plus rien et de la SPA.
  • La propriétaire risque une forte amende et jusqu’à trois ans de prison.

Les images font froid dans le dos. Ce samedi matin, une petite vingtaine de chevaux dont des poulains devraient être saisis chez une particulière en Gironde après le dépôt de deux plaintes pour maltraitance animale selon les informations de 20 Minutes.

Contacté par 20 Minutes, le parquet de Bordeaux confirme avoir confié à la brigade de Cestas une enquête du chef « d’abandon d’animaux domestiques apprivoisés ou captifs, en l’espèce au moins 16 équidés dont la propriétaire réside sur la commune de Canéjan. » Le parquet a délivré en début de semaine une ordonnance à deux associations (Ne crin plus rien et la SPA) pour intervenir sur les communes de Canéjan et Léognan. Les bénévoles seront accompagnés par les gendarmes.

« J’ai vu des chevaux dans un sale état »

« Le signalement est venu du voisinage, explique Eric Martin, fondateur de l’association Ne crin plus rien. Je me suis moi-même rendu sur place dans un premier temps le 18 septembre. J’ai vu des chevaux dans un sale état. Sans nourriture, sans eau et surtout très amaigris. Les poulains avaient des comportements complètement atypiques ». Le fondateur de l’association qui sauve des chevaux maltraités ou abandonnés depuis 2018, décide de faire des préconisations à la propriétaire pour commencer. Il s’agit d’une quinquagénaire dont la fille participe à des concours hippiques.

Les chevaux, très amaigris, vont être pris en charge par deux associations.
Les chevaux, très amaigris, vont être pris en charge par deux associations. - Eric Martin

Malgré le passage de la SPA quelques semaines auparavant pour constater elle aussi les dégâts, rien n’évolue. Eric Martin dépose alors plainte le lundi 27 septembre pour maltraitance animale auprès de la gendarmerie de Cestas. La SPA fait de même. Une perquisition est organisée sur place avec la présence d’un vétérinaire. « Il manquait des chevaux quand ils sont arrivés sur place. La propriétaire en avait déplacé certains. Finalement, le lendemain, elle a fini par indiquer où elle les cachait sous peine de garde à vue », explique Eric Martin.

La propriétaire risque une forte amende

« Au regard du rapport dressé par le vétérinaire », le parquet a « autorisé la saisie des équidés sur le fondement de l’article 99-1 du code de procédure pénale ». Ce samedi, il est donc prévu que l’association Ne crin plus rien, avec l’aide d’une autre structure, récupère « 18 chevaux », confirme Eric Martin. Certains sont dans un état d’urgence vétérinaire. Selon une source proche de l’enquête, la propriétaire ne devrait pas s’opposer à la saisie. Tous les frais seront à sa charge.

Elle risque une forte amende et jusqu’à trois ans de prison, voire cinq ans si l’un de ses chevaux meurt dans les prochains jours.