Hauts-de-France : Un juteux trafic de cigarettes et de véhicules démantelé

CRIMINALITE Un vaste réseau de criminels arméniens et géorgiens, qui sévissaient entre les Hauts-de-France et la Belgique, a été démantelé en deux fois par la justice. Une quarantaine de personnes ont été interpellées

Mikaël Libert
— 
Illustration d'une voiture de la gendarmerie.
Illustration d'une voiture de la gendarmerie. — E. Frisullo / 20 Minutes
  • Entre décembre 2020 et septembre 2021, une organisation criminelle agissant dans les Hauts-de-France a été démantelée.
  • Les mis en cause, essentiellement arméniens et géorgiens, trafiquaient des cigarettes et des véhicules.
  • Une quarantaine d’interpellations ont eu lieu entre la France et la Belgique.

Une enquête menée par un juge d’instruction de la juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Lille a permis le démantèlement d’une vaste organisation criminelle essentiellement composée de ressortissants arméniens et géorgiens a-t-on appris, jeudi, auprès du parquet de Lille. Une trentaine de personnes mises en cause sont soupçonnées notamment de trafic de cigarettes de contrebande et d’escroqueries liées à la revente de véhicules.

Selon le parquet de Lille, le réseau était organisé en deux branches avec des spécialités bien différentes. La première tirait ses bénéfices du trafic de tabac entre la France et la Belgique. Une activité particulièrement rentable puisque l’enquête a permis d’estimer les bénéfices à plus de deux millions d’euros.

Près de 40 personnes interpellées en deux phases

Pour l’autre branche, c’était le trafic de véhicules. Les mis en cause achetaient et revendaient des voitures de manière tout à fait illégale. Lorsque les véhicules étaient revendus, certains avaient vu leurs compteurs trafiqués pour diminuer le nombre de kilomètres. D’un autre côté, certains véhicules étaient mis à disposition d’équipes de criminels géorgiens s’adonnant, notamment, à des cambriolages ou à des vols de carburant dans les Hauts-de-France.

Sous la direction de la Jirs, ce sont les gendarmes de la Somme, de l’Oise, de l’Aisne, mais aussi des hommes de l’Office central de lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI) et du Groupe interministériel de recherche (GIR) qui ont mené le démantèlement de la bande en deux temps. La première série d’interpellations a eu lieu en décembre 2020, entre la France et la Belgique, et visait la branche tabac. Une seconde opération s’est déroulée le 15 et le 28 septembre pour la branche véhicules.

Au total, ce sont 37 personnes qui ont été interpellées, dont 12 ont été placées en détention provisoire et 19 sous contrôle judiciaire. Les nombreuses perquisitions ont par ailleurs permis aux enquêteurs de saisir 213.678 euros.