Dunkerque : Sequestration nocturne sur le port dans un cargo arraisonné pour trafic de drogue

FAITS DIVERS Dans la nuit de dimanche à lundi, une quinzaine de personnes armées ont pénétré, dans un navire marchand pour prendre en otages l’équipage, sur le port de Dunkerque

G.D. avec AFP
— 
Les douaniers de Dunkerque ont saisi 1,1 tonne de cocaïne à bord d'un cargo.
Les douaniers de Dunkerque ont saisi 1,1 tonne de cocaïne à bord d'un cargo. — Douane Française

Mise à jour, mardi 12 octobre, à 9h : Le parquet de Paris a indiqué que la Juridiction nationale contre la criminalité organisée (Junalco), basée à Paris, s’était saisie de l’enquête de flagrance ouverte pour "enlèvement et séquestration en bande organisée, vols en bande organisée, et association de malfaiteurs", et l’avait finalement confiée à l’Ofast, l’Office anti-stupéfiants.

Digne d’un film de gangsters. Dans la nuit de dimanche à lundi, l’équipage d’un cargo a été séquestré par une dizaine d’individus armés, dans le port du Dunkerque, dans le Nord. « Certains ont été violentés », a indiqué une source policière à l’AFP, confirmant une information de La Voix du Nord.

« Le but probable était de récupérer de la drogue et de l’argent », mais les individus sont « repartis à 5h les mains vides », a ajouté la même source. Ce cargo avait été arraisonné, le 1er octobre, lors d’une intervention des douanes. L’opération avait permis de saisir plus d’une tonne de cocaïne dans le navire. Depuis, ce dernier était immobilisé à quai.

Aucune interpellation

Lorsque l’alerte a été donnée, dans la nuit, les gendarmes maritimes, chargés de la sécurité du port, ont été mobilisés, mais les membres du commando ont pu s’enfuir. Le procureur de Dunkerque, Sébastien Piève, a confirmé qu’il n’y avait pas eu d’interpellations. Une enquête, confiée à la police judiciaire de Lille, a été ouverte pour « séquestration », a-t-on appris auprès du parquet et de source policière.

Selon les premiers éléments de l’enquête, certains membres de l’équipage « auraient été ligotés », le commando était « violent, menaçant », avec certains d’entre eux armés « de bâtons en bois », a affirmé à l’AFP le procureur de Dunkerque, mais « il n’y aurait, a priori, pas de blessures physiques graves parmi l’équipage ».

Une fouille du navire

Selon le parquet, les membres du commando s’exprimaient « plutôt en anglais », et « auraient procédé à une fouille du navire accompagné du capitaine mais, a priori, sans prendre de choses en particulier ».

Ce navire de commerce, baptisé « Trudy » et battant pavillon libérien, arrivait du Brésil. Sur sa route, il avait effectué une escale en Espagne et devait décharger une cargaison de craie au port d’Anvers, en Belgique. Les douanes avaient retrouvé 1,1 tonne de drogue pour une valeur marchande d’environ 50 millions d’euros.

Il « était placé sous scellés » selon le procureur, avec, à bord, un équipage « de relève », selon une source proche de l’enquête. Dix-neuf membres du premier équipage ont été mis en examen et 15 d’entre eux écroués, avait indiqué, mercredi, une source judiciaire.