Nancy : Un adolescent de 13 ans tue son père d'une balle dans la tête

VIOLENCE FAMILIALE Selon les déclarations de la mère, rapportées par le procureur de Nancy, « la victime aurait bu beaucoup d’alcool et aurait été particulièrement agressif à l’égard de son épouse »

20 Minutes avec AFP
— 
Un officier de police judiciaire (illustration).
Un officier de police judiciaire (illustration). — SYSPEO/SIPA

Un drame familial particulièrement tragique secoue la ville de Nancy. Un adolescent de 13 ans a été mis en examen et placé en détention provisoire samedi pour « meurtre sur ascendant » après avoir tué son père d’une balle dans la tête, a annoncé le procureur de la République de la préfecture de Meurthe-et-Moselle.

Les faits se sont produits jeudi au domicile de cette famille de cinq enfants, a indiqué dans un communiqué François Pérain. C’est la mère, âgé de 33 ans comme la victime, qui a donné l’alerte. Entre la vie et la mort, cet homme originaire du Kosovo est décédé à l’hôpital le même jour, a indiqué le procureur de la République.

La fille de 7 ans a assisté à la scène

L’épouse, qui avait d’abord donné aux policiers « des explications confuses évoquant une dispute avec son mari et le rôle tenu par l’un de ses fils », avait fini par expliquer en garde à vue que son aîné, âgé de 13 ans, était l’auteur du tir. Des propos confirmés par sa fille de 7 ans « qui avait assisté également à la scène », selon le procureur. Le jeune auteur présumé du tir, qui avait dissimulé l’arme dans un buisson près du domicile familial, avait pris la fuite avec l’un de ses frères de 12 ans. Les deux jeunes se sont finalement rendus à la police vendredi matin.

Selon les déclarations de la mère et de ses deux fils, « la victime aurait bu beaucoup d’alcool et aurait été particulièrement agressif à l’égard de son épouse » et l’aurait frappée, a expliqué François Pérain. Le médecin qui l’a examinée n’a toutefois relevé aucune trace de violences physiques.

Un juge pour suivre la situation éducative des enfants

Selon ces témoignages, l’adolescent s’est emparé de l’arme de collection de son père qui se trouvait « dans la chambre parentale » et a pris « une balle dissimulée sous les vêtements de sa mère ». Il a ensuite donné un « pistolet à blanc », qui appartenait aussi au père, à son frère pour qu’il « puisse le défendre si "la balle ne sortait pas du revolver et si son père s’énervait" ». L’adolescent est ensuite entré dans la cuisine où son père était assis et lui a tiré un coup de revolver à la tempe « soit à bout touchant, soit à bout portant (très courte distance) ».

Les enfants de la fratrie ont été provisoirement placés et un juge des enfants a été saisi pour suivre la situation éducative des mineurs.