Côtes-d’Armor : Un homme meurt malgré cinq appels passés au secours

DRAME La victime était décédée d’une hémorragie en décembre 2020 à Lanfains

J.G.
— 
Un régulateur du Samu. Illustration.
Un régulateur du Samu. Illustration. — Tristan Reynaud - Sipa

L’affaire que révèle Le Télégramme rappelle étrangement celle de Naomi Musenga, une jeune maman de 22 ans qui était décédée fin 2017 à Strasbourg après avoir appelé le Samu. Les faits remontent cette fois au 13 décembre 2020. Alors qu’il faisait la cuisine, un homme de 51 ans s’était entaillé la main à son domicile à Lanfains dans les Côtes-d’Armor. Malgré un saignement abondant, il avait toutefois réussi à joindre par téléphone le centre de traitement de l’alerte des pompiers sur les coups de 20h30.

L’opérateur lui avait alors indiqué qu’une ambulance allait être dépêchée pour le prendre en charge puis avait transmis l’appel au Samu. Les secours tardant à arriver, le quinquagénaire avait réitéré ses appels à quatre reprises, précise le quotidien. Avec toujours la même réponse.

L’ambulance détournée sur une autre intervention

Il faudra finalement attendre 23h pour qu’une ambulance privée débarque à son domicile. Entre-temps, le véhicule avait été dérouté à la demande du Samu sur une intervention jugée plus urgente et personne n’avait alors pensé à prévenir les pompiers. Quand les secouristes avaient découvert la victime, cette dernière était en arrêt cardio-respiratoire. Ils avaient alors tenté de le réanimer mais leur défibrillateur n’avait pas fonctionné.

Une heure plus tard, un infirmier sapeur-pompier était arrivé sur place, rejoint par une équipe du Samu. Le quinquagénaire décédera quelques minutes plus tard. Depuis, le drame n’a suscité aucune question et aucune enquête n’a été ouverte, avance Le Télégramme. Même la famille du quinquagénaire ignorait les circonstances exactes de la mort, les gendarmes les informant seulement qu’il était décédé d’un arrêt cardiaque.