Pays-Bas : Le président d’une association prônant le droit de mourir a été interpellé

POLICE L’euthanasie est autorisée depuis 2002 aux Pays-Bas. Mais sa pratique reste très strictement encadrée

20 Minutes avec agences
— 
Un policer. (illustration)
Un policer. (illustration) — SOPA Images/SIPA

La police néerlandaise a arrêté ce mercredi le président d’une association prônant le droit de mourir dignement, suspecté d’être impliqué dans le délit d’assistance au suicide, a-t-on appris auprès du parquet et de l’organisation. Jos van Wijk est à la tête de l’association « Coopérative Dernière Volonté » (CLW), qui plaide pour le droit des individus à mettre fin à leur vie sans l’aide de docteurs ou des autorités.

Or, si les Pays-Bas sont devenus en 2002 le premier pays à autoriser l’ euthanasie, celle-ci reste très strictement encadrée. « Un homme de 73 ans originaire d’Apeldoorn a été arrêté mercredi, suspecté d’être impliqué dans l’assistance au suicide », ont annoncé dans un communiqué les procureurs néerlandais, sans donner de nom.

Le président de l’association « nie catégoriquement » les accusations

Sa maison à Apeldoorn (centre) ainsi qu’une autre propriété aux Pays-Bas ont été fouillées mardi, ont-ils ajouté, en précisant : « L’homme est suspecté en particulier de participation à une organisation criminelle dont l’objet est de commettre et/ou de planifier le délit d’assistance au suicide ». L’association et l’avocat de M. van Wijk ont confirmé l’arrestation de ce dernier. « La CLW regrette que le ministère public ait décidé d’arrêter son président », a indiqué l’organisation. « Depuis sa création en 2013, la CLW a agi en conscience et dans le respect de la loi », a-t-elle ajouté.

M. van Wijk « nie catégoriquement » les accusations, a précisé son avocat Tim Vis, dénonçant une mesure « incroyablement drastique ». La CLW, qui affirme compter plus de 26.500 membres, vise à permettre « aux citoyens de mettre fin à leur vie de manière digne et sûre, quand ils le souhaitent, dans le respect du cadre légal ». Selon les médias néerlandais, un membre de cette organisation originaire d’Eindhoven (sud) a été arrêté en juillet en relation avec la mort de six personnes auxquelles il aurait fourni une substance létale.

L’association a depuis interrompu les réunions à domicile de ses membres craignant qu’elles ne soient utilisées pour conclure des accords d’achat de la substance, a rapporté la chaîne publique NOS. L’euthanasie est strictement encadrée aux Pays-Bas. Le patient doit être lucide lorsqu’il en formule la demande et doit ressentir des souffrances insoutenables en raison d’une maladie jugée incurable par au moins deux médecins. L’euthanasie ne peut être pratiquée que par un médecin qui administre une dose létale d’un médicament approuvé, tandis que les patients peuvent prendre le médicament que s’il a été fourni par un médecin.