Haute-Savoie : Le périmètre de la tuerie de Chevaline à nouveau bouclé

ENQUETE Le secteur va être bouclé ce jeudi et vendredi, neuf ans après le meurtre de trois membres d’une famille britannique d’origine irakienne et d’un cycliste. Pas de rebondissement dans l’enquête, juste une procédure classique de vérification, selon le procureur d'Annecy

J. Le.
— 
L'acte d'enquête consistera notamment à chronométrer le parcours du tueur présumé.
L'acte d'enquête consistera notamment à chronométrer le parcours du tueur présumé. — Philippe Desmazes afp.com

Ce jeudi et jusqu’à vendredi soir, il sera interdit de circuler ou de survoler le secteur de la Combe d’Ire, près de Chevaline, en Haute-Savoie. Neuf ans après le quadruple meurtre qui a coûté la vie à trois membres de la famille Al-Hilli et d’un cycliste de la région, Sylvain Mollier, les enquêteurs bouclent la zone pour reconstituer les faits et chronométrer le parcours du tueur présumé.

Une recontextualisation, pas une reconstitution

Line Bonnet-Mathis, Procureur de la République à Annecy, a déclaré à France 3 qu’il s’agissait d’un « acte d’enquête classique, ce n’est pas lié à de nouveaux rebondissements et on ne s’attend pas à découvrir des choses particulières. Il s’agit d’un déplacement juste pour vérifier certains éléments ».

La procédure ne devrait durer que quelques heures, en présence du juge d’instruction, des enquêteurs et de témoins présents le jour du drame pour reprendre les éléments, les recontextualiser et vérifier si un fait a pu leur échapper.

Le 5 septembre 2012, un ingénieur britannique d’origine irakienne, Saad Al-Hilli, sa femme, sa belle-mère et un cycliste avaient été découverts criblés de balles sur une route de Chevaline. Les deux filles du couple, âgées de 7 et 4 ans, avaient été retrouvées vivantes, l’une grièvement blessée, l’autre indemne. Entendues en septembre 2020 pour les besoins de l’enquête, elles n’avaient pas révélé de nouvel élément.