Nîmes : Une enquête ouverte après l'incendie criminel d'une école

ENQUETE Du matériel a également été dérobé au sein de l'établissement

N.B.
— 
Dans une école (Illustration)
Dans une école (Illustration) — ALLILI MOURAD/SIPA

L'école élémentaire Paul-Langevin, à Nîmes (Gard), dans le quartier sensible Pissevin, a été touchée par un incendie criminel, dans la nuit du 27 au 28 septembre. Une enquête a été ouverte, a appris 20 Minutes auprès du parquet.

Selon la mairie, qui a porté plainte, l’établissement a été victime d’un départ d’incendie, les locaux ont été dégradés et du matériel vidéo et informatique a été dérobé. « Le saccage de l’école (…) est tout simplement révoltant, s’insurge Jean-Paul Fournier (LR), le maire de Nîmes. Comment imaginer qu’un lieu sacré de la République, où les apprentissages et les savoirs sont transmis, soit ainsi vandalisé (…) Heureusement, les flammes ont été arrêtées, mais l’un des bâtiments est pour un temps inutilisable. »

Une partie des locaux n’est pas accessible. « L’établissement pourra accueillir dès jeudi, 75 % des élèves. Pour les 25 % restants, la ville étudie plusieurs scénarios pour maintenir leur enseignement en présentiel ou à distance jusqu’à lundi, date de réouverture de toute l’école », indiquait la commune, mardi. De son côté, Sophie Béjean, la rectrice de Montpellier, « condamne avec fermeté cet acte de vandalisme ».