Marseille : Enquête ouverte après le décès d'un usager du métro mort asphyxié lors d'un contrôle

ENQUETE Une enquête a été ouverte pour « violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner » après le décès par asphyxie d’un usager de la RTM en marge d’un contrôle

Mathilde Ceilles
— 
Illustration du métro marseillais
Illustration du métro marseillais — Patrice Magnien / 20 Minutes
  • Ce mercredi, en fin de journée, un homme est décédé en marge d’un contrôle des agents de la RTM dans la station Joliette à Marseille.
  • Selon les premières conclusions de l’autopsie, cet homme est mort asphyxié, après avoir été maîtrisé au sol par les contrôleurs.
  • Une enquête a été ouverte pour « violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner ».

Un homme qui, sortant du métro, refuse de se soumettre à un contrôle de tickets. Quelques minutes plus tard, le même homme qui décède asphyxié, dans la station de métro Joliette. 20 Minutes fait le point sur ce qui s’est produit ce mercredi en fin de journée sur le réseau de la RTM à  Marseille.

Quel est le point de départ ?

Il est 17 heures passées ce mercredi quand une équipe de six agents de la RTM procèdent à un contrôle de tickets entre la ligne de péage et le quai de la station de métro Joliette, dans le deuxième arrondissement de la cité phocéenne. Un homme qui se dirige vers la sortie de la station croise sur son chemin ces agents de la RTM. Cet individu, « âgé de 37 ans » selon le parquet de Marseille, tente de se soustraire au contrôle.

« L’homme décrit comme agité, virulent et violent était amené au sol et maîtrisé par les agents de la RTM », écrit la procureure de la République. « L’homme, qui était dans un état anormal, s’est montré virulent envers nos agents, affirme à 20 Minutes Hervé Beccaria. Il y a eu ensuite un échange de coups. » « Un agent de la RTM a reçu un coup de poing au visage », précise à 20 Minutes une source policière.

Qu’ont fait les contrôleurs après cet incident ?

Selon Hervé Beccaria, « les agents ont prévenu les forces de l’ordre et ont maîtrisé l’individu en attendant la police. Les six agents ont été retrouvés par d’autres qui se trouvaient également là. Ils étaient donc une dizaine, mais il n’y avait pas de moulon [expression locale désignant, entre autres, un entassement lié à une bagarre]. »

D’après une source policière, les forces de l’ordre se sont rendues sur les lieux peu avant 17h30, quelques minutes après avoir été alertées. « Six agents de la RTM bloquaient l’individu à la carrure imposante, précise cette même source. Il était sur le ventre. Il y avait eu une bousculade. Un bras dépassait. Un collègue en a donc profité pour lui passer la première menotte. Quand il a voulu menotter la seconde main, il s’est tout de suite rendu compte que le gars n’était pas bien. Il a donc demandé à appeler les pompiers de toute urgence. Les agents de la RTM paraissaient étonnés. Les policiers ont pris son pouls, qui battait toujours, et l’homme a été placé en position latérale de sécurité. »

Des propos confirmés par le parquet dans un communiqué de presse. « Les policiers appelés en renfort constataient en tentant de menotter l’individu que celui-ci était inerte. Rapidement pris en charge par les pompiers, l’individu décédait malgré une longue tentative de réanimation. »

« Lorsque la police est arrivée, l’état de l’usager qui a refusé de se faire contrôler s’est dégradé, nécessitant l’appel des marins-pompiers », affirme de son côté Hervé Beccaria. Contactés, les représentants syndicaux CGT des agents de la RTM demeuraient injoignables ce jeudi, malgré nos sollicitations répétées. La RTM précise avoir ouvert une cellule de soutien psychologique à destination des contrôleurs impliqués dans cette affaire

Qui est la victime ?

D’après La Provence, l’homme décédé s’appelle Saïd et était âgé de 37 ans. Il vivait depuis dix ans chez sa mère, une octogénaire domiciliée dans le 9e arrondissement de Marseille. La victime était « invalide et avait un retard mental qui l’empêchait de comprendre les choses et de s’exprimer clairement », selon des déclarations de la sœur de cet homme à nos confrères du quotidien régional.

Où en est l’enquête ?

Une enquête a été ouverte par la sûreté départementale pour « violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner », précise le parquet. Les agents de la RTM ont été auditionnés peu après les faits, ainsi que ce jeudi.

« Les premières conclusions de l’autopsie font état d’un syndrome asphyxique de mécanisme indéterminé au temps de l’autopsie, indique le parquet de Marseille. Des analyses complémentaires sont en cours. »