Toulouse : Un réseau de vente de cannabis et de cocaïne sur Snapchat démantelé

TRAFIC EN LIGNE Six personnes ont été interpellées dans le cadre d’un trafic de drogue organisé depuis les réseaux sociaux dans la banlieue toulousaine

B.C.
— 
Illustration du réseau Snapchat.
Illustration du réseau Snapchat. — S. Banerjee / Pixabay

Le trafic de drogue n’a plus lieu uniquement dans la rue. Les réseaux sociaux sont en effet devenus un terrain de jeu des dealers. Le 17 septembre, les enquêteurs de l’office anti-stupéfiants (Ofast) ont interpellé six personnes dans le cadre d’un trafic organisé depuis Snapchat sur les communes de Colomiers, Tournefeuille et Plaisance, dans la banlieue de la Ville rose.

« Une opération qui fait suite à de précédentes arrestations réalisées dans le cadre de la même enquête au mois de mai », a indiqué le parquet de Toulouse. Et à d’autres interpellations réalisées au cours de l’été.

Lors des perquisitions, les enquêteurs ont mis la main sur une importante somme en espèces, des stupéfiants mais aussi des brassards de police, des cagoules, un gyrophare, des menottes ou encore des étuis d’armes de poing.

Pour vendre l’herbe de cannabis et la cocaïne à ses clients, l’un des interpellés passait par Snapchat et n’hésitait pas à faire de la pub sur ce réseau. L’un de ses lieutenants conservait chez lui la drogue puis la faisait livrer via des coursiers.

Voiture de luxe

« L’organisateur de ce trafic est connu de la justice pour avoir déjà été impliqué dans des trafics de stupéfiants à deux reprises, en 2013 et en 2016. Le mis en cause avait pour habitude de circuler à bord de véhicules de luxe, sans rapport avec les revenus officiels que lui procurait son activité de commerçant », précise le parquet de Toulouse.

Les deux principaux mis en cause ont été déférés mardi devant un juge d’instruction, mis en examen et placés en détention provisoire.