Champs-Elysées : « Je lève la tête et je le vois en position de tir… » Un Russe soupçonné de tirer sur des passants interpellé

ENQUETE L’homme est soupçonné d’avoir tiré à plusieurs reprises sur des passants. Quatre personnes passant sur les Champs-Elysées ont été touchées lors des 10 derniers jours. Il se trouve toujours en garde à vue ce lundi matin

Caroline Politi
— 
Un homme, soupçonné d'avoir tiré sur des passants sur les Champs-Elysées, a été interpellé
Un homme, soupçonné d'avoir tiré sur des passants sur les Champs-Elysées, a été interpellé — Adrienne Surprenant/AP/SIPA

L’affaire était prise très au sérieux par les autorités. Un homme soupçonné d’avoir tiré sur plusieurs passants avec une carabine à plomb sur les Champs-Elysées a été interpellé dans la nuit de samedi à dimanche, a appris 20 Minutes de sources concordantes. Ce Russe de 32 ans, interpellé dans un immeuble de la rue George-V, l’un des lieux les plus chics de Paris​, est soupçonné d’avoir touché au moins quatre personnes au cours de ces dix derniers jours. A chaque fois, les tirs ont eu lieu en pleine nuit sans raison apparente.

Flagrant délit

C’est un jeune homme lui-même visé par un tir qui a donné l’alerte dans la nuit de samedi à dimanche, vers 3h30 du matin. « J’étais tout seul, je rentrais du travail quand j’ai entendu, à l’angle de l’avenue George-V et de la rue Pierre Charron, une première détonation, assez faible », raconte Alain* qui travaille dans un restaurant. La balle ne l’a pas atteint mais il remarque dans un immeuble face à lui la silhouette d’un homme armé. « Au moment où je lève la tête, je le vois en position de tir, sur le balcon, viser un homme qui passe en trottinette », précise-t-il. Selon son témoignage, ce dernier, a été touché dans le dos mais malgré un cri de douleur est rapidement reparti.

Immédiatement avertis, les policiers font immédiatement le lien avec les tirs rapportés ces derniers jours et des renforts sont appelés. Mais le temps que ces derniers arrivent, les fonctionnaires aperçoivent le suspect « épauler l’arme, viser un passant et tirer sans le toucher », précisent-ils dans un procès-verbal auquel 20 Minutes a eu accès.

Une arme d’épaule et une lunette de précision découverte

Alors que l’un d’entre eux lui demande de lâcher son arme, le suspect se retranche dans son appartement. Il sera interpellé peu après alors qu’il se trouvait dans les escaliers de service de l’immeuble. Une arme d’épaule avec une lunette de précision et quatre boîtes de munitions seront découvertes dans une armoire de service, sur le palier. Selon nos informations, l’homme n’a reconnu en garde à vue que les tirs de ce week-end, indiquant qu’il ne visait pas les passants, mais qu’il tirait « sur des pigeons » pour s’entraîner au tir sportif. Quant aux tirs du week-end précédant, il serait le fait « d’amis ». Un examen psychiatrique doit avoir lieu dans la journée.

Si on ignore précisément le nombre de personnes visées ces derniers jours, quatre personnes ont été touchées, dont l’une a dû subir une opération, la balle étant venue se loger dans sa cuisse, à proximité de l’artère fémorale. A chaque fois, les victimes, majoritairement des jeunes hommes, ont livré un récit similaire : ils ont été visés en pleine nuit alors qu’ils déambulaient à proximité des Champs-Elysées. Aucun n’a fait état de conflit ou de tension qui aurait pu expliquer ce geste. L’enquête, confiée à la sûreté territoriale, se poursuit.

*Le prénom a été changé à la demande de l'intéressé