Toulouse : Il suit la nonagénaire dans les toilettes du casino de jeux et l'étrangle pour lui voler ses gains

AGRESSION Une dame de 90 ans a été violemment agressée fin août au casino de jeux de Toulouse. La laissant sans connaissance après l’avoir frappée, un homme lui a volé ses gains. Il a été interpellé

B.C.
— 
Des machines à sous au casino de jeux Barrière à Toulouse. (Archives)
Des machines à sous au casino de jeux Barrière à Toulouse. (Archives) — Frederic Scheiber/20 Minutes

A la fin du mois d’août, une dame de 90 ans s’est rendue au casino de jeux Barrière, sur l'île du Ramier de Toulouse, pour y jouer. En veine, elle a gagné 600 euros. Ce qui n’a pas échappé à un homme de 59 ans qui se trouvait dans l’enceinte de l’établissement. Ce dernier l’a alors suivie aux toilettes pour lui subtiliser ses gains.

Pour y parvenir il l’a étouffée avec sa ceinture et lui a assené plusieurs coups. La nonagénaire a perdu connaissance et il en a profité pour s’enfuir avec son sac, qu’il a abandonné après avoir récupéré l’argent et la carte bancaire. Prise en charge par les secours, la dame a été hospitalisée. Les soignants ont découvert qu’elle souffrait d’une fracture de l’os fémoral.

Interpellé avec sa compagne

Entre-temps, son agresseur a demandé à sa compagne de 51 ans d’essayer de retirer de l’argent aux distributeurs en utilisant des codes retrouvés dans le portefeuille de la personne âgée. En vain. Elle finira par s’en servir pour un achat sans contact d’une dizaine d’euros.

L’enquête, confiée à l'unité des atteintes aux biens de la sûreté départementale, a permis de remonter jusqu’au couple grâce à la vidéosurveillance. Il n’avait pas d’adresse connue des services, mais les policiers ont découvert qu’ils étaient convoqués ces jours-ci dans une autre affaire dans le Lot-et-Garonne. Ils ont été interpellés vers Agen jeudi et placés en garde à vue. Lors de son audition, l’homme a reconnu avoir porté les coups. Avec sa compagne, ils ont été déférés devant la justice et seront jugés lundi en comparution immédiate.