Côte-d’Or : Un habitant détenait illégalement un caracal, les gendarmes interviennent

ANIMAUX Le propriétaire de ce félin ressemblant à un lynx n’avait pas les autorisations nécessaires pour le détenir

20 Minutes avec agence
— 
Un caracal au zoo de Sotchi, en Russie.
Un caracal au zoo de Sotchi, en Russie. — Sputnik/SIPA

Les gendarmes de Côte-d’Or ont mené une intervention insolite, lundi à Longecourt-en-Plaine. Les militaires de plusieurs brigades, appuyés par des agents de l’Office Français de la biodiversité, ont saisi chez un particulier un caracal.

L’animal, similaire à un lynx, était détenu illégalement, explique la gendarmerie du département dans un post Facebook relayé par France 3 Bourgogne Franche-Comté.

L’animal « sera confié à une structure adaptée »

« Cette opération, réalisée dans le cadre d’une enquête préliminaire, a permis de constater que la personne détentrice n’avait pas les autorisations nécessaires à la détention de cet animal », indiquent les gendarmes, qui précisent par ailleurs que le caracal « sera confié à une structure adaptée » après l’enquête.

Le caracal est un félin largement répandu en Afrique et en Asie. Ressemblant à un lynx, il possède de longs poils noirs à l’extrémité des oreilles. Il peut également faire des bonds impressionnants pour attraper des oiseaux en vol. Comme l’explique France 3, posséder un caracal sans autorisation peut être puni de trois ans de prison et 150.000 euros d’amende.