Coronavirus en France : Une vingtaine de centres de vaccination ou de dépistage vandalisés en un mois

DEGRADATION Près d’une dégradation par jour a eu lieu depuis mi-juillet dans des centres de tests ou de vaccination contre le Covid-19, partout en France

20 minutes avec agence
— 
Un centre de vaccination à Cagnes-sur-Mer.
Un centre de vaccination à Cagnes-sur-Mer. — SYSPEO/SIPA

Une vingtaine de centres de dépistage ou de vaccination contre le Covid-19 ont été vandalisés depuis mi-juillet. Cela représente, en moyenne, une dégradation par jour depuis le 14 juillet dernier jusqu'au lundi 9 août, rapporte BFMTV, mardi. Et toute la France, même l’outre-mer, est concernée.

Ces faits ont notamment eu lieu dans le Doubs, en Isère, dans les Pyrénées-Atlantiques, ou encore dans le Vaucluse, le Val-de-Marne et le Haut Rhin. Mais selon les endroits, les dégradations ont été plus ou moins violentes. Par exemple, dans les Landes, de simples tags ont été découverts. Il s'agissait toutefois des mots « nazis » et « collabos », et une vingtaine de croix gammées inversées ont également été tracées.

Plusieurs incendies volontaires

En Indre-et-Loire, ce sont deux étoiles jaunes qui ont été affichées sur les panneaux indiquant le centre de vaccination. Le mot « génocide » a été découvert devant un centre de vaccination du Loir-et-Cher, le 28 juillet. Mais certains sont allés encore plus loin, en allumant des feux. C’est notamment ce qui s’est passé devant une pharmacie du Haut-Rhin, le 14 juillet. La tente qui abritait le centre des tests PCR a été brûlée.

Quatre jours plus tard, un incendie volontaire a également été allumé sur le chapiteau d’un centre de vaccination dans les Pyrénées-Atlantiques. Le feu a été déclenché à cinq endroits. En Isère, un robinet d’incendie a également été délibérément ouvert et a dégradé 150m² du centre de vaccination, ainsi que le matériel informatique et sanitaire. Les murs de l'établissement ont aussi été tagués avec les inscriptions « Nouveaux génocide » ou encore « ARN=OGM ».

Dans le Doubs, l’alimentation électrique d’un centre de vaccination a été coupée. Le groupe électrogène était alors complètement éteint et 600 flacons, soit 3 000 doses de vaccin, se sont retrouvés dans des réfrigérateurs non alimentés en électricité pendant plusieurs heures. Des plaintes sont systématiquement déposées après chaque acte de vandalisme et les forces de l’ordre se mobilisent pour tenter de retrouver les auteurs.