Toulouse : Trois policiers en intervention aspergés d'acide par une femme, une fonctionnaire brûlée au visage

AGRESSION Alors qu'ils étaient en intervention, trois policiers ont été visés par une femme qui leur a lancé un produit toxique sur les mains et au visage. Elle a été interpellée

B. C. avec C. P.
— 
Illustration d'une voiture de police de nuit, avec son gyrophare ici à Rennes.
Illustration d'une voiture de police de nuit, avec son gyrophare ici à Rennes. — C. Allain / 20 Minutes

On ne connaît pas encore les raisons de son geste. Une femme s’en est prise dans la nuit de jeudi à vendredi à des policiers en intervention dans le quartier Saint-Michel, à Toulouse. Il était peu après 4h30, lorsque les forces de l’ordre ont été appelées pour intervenir sur un différend familial rue François-Magendie.

Trois policiers attendaient une ambulance en bas de l’immeuble, familial et se trouvaient avec le mari dans une voiture, lorsqu’une femme s’est approchée d’eux. Une policière est alors sortie du véhicule pour lui demander de ne pas déranger l’intervention. Cette femme est alors revenue avec une bouteille et leur a jeté dessus un produit toxique, pouvant s’apparenter à de l’acide indique une source policière. Deux d’entre eux ont été touches aux mains et à l’avant-bras, tandis que leur collègue gardienne de la paix a été brûlée au niveau du visage et des yeux. Cette dernière a été transportée à l’hôpital Purpan.

Analyse en cours du produit​

Présents sur place en renfort dans le cadre du différend familial, les policiers municipaux ont interpellé cette femme de 35 ans dans la rue voisine de Notre-Dame à 5h05. Elle a été placée en garde à vue et le contenu de la bouteille retrouvée sur elle est en cours d’analyse. L’enquête a été confiée à l’unité des atteintes aux personnes de la sûreté départementale.

Une agression à l’encontre de policiers condamnée par le syndicat Alliance qui demande des « sanctions fermes et exemplaires ». Il constate « encore l’escalade de la violence dans notre société, gratuite de surcroît, dont les policiers sont très souvent les premières victimes ».