Féminicide dans le Var : Ce que l'on sait de la traque et du suspect recherché pour féminicide et tentative d'homicide

CHASSE A L'HOMME Un homme « armé et dangereux », suspecté d’avoir abattu une jeune femme et d’avoir tiré sur un gendarme dans sa fuite, est actuellement traqué dans les montagnes environnantes du village de Gréolières, dans les Alpes Maritime

A.V. avec AFP
— 
Un homme suspecté de féminicide retranché dans les Alpes-Maritimes — 20 Minutes
  • Un homme est suspecté d’avoir tué par balles ce dimanche près de Saint-Tropez une jeune femme de 32 ans, mère d’une fillette d’une dizaine d’années, avec qui il avait entretenu une brève relation.
  • Il est activement recherché pour un homicide sur cette jeune femme et une tentative d’homicide sur un gendarme qui a tenté de l'arrêter.
  • « Le périmètre de recherche est important, dans un environnement pas facile, au relief compliqué », a exprimé Bernard Gonzales, le préfet des Alpes-Maritimes.
  • Âgé de 33 ans et né à Nice, il n’était pas connu des services de police jusqu’à ce jour.

Un homme a vraisemblablement tué une jeune femme ce dimanche dans le Var, avant de se retrancher, armé, dans un village des Alpes-Maritimes. Une zone montagnarde où il est traqué par un important dispositif militaire. 20 Minutes fait le point.

Ce qu’on lui reproche

L’homme est suspecté d’avoir tué par balles ce dimanche près de Saint-Tropez une jeune femme de 32 ans, mère d’une fillette d’une dizaine d’années, avec qui il avait entretenu une brève relation. L’exploitation des enregistrements de vidéosurveillance de la résidence où a eu lieu ce meurtre et l’analyse de la téléphonie mobile de la victime ont permis d’identifier le suspect, en fuite vers les Alpes-Maritimes et sa maison familiale de Gréolières.

Des enquêteurs se sont présentés à son domicile dès dimanche pour l’auditionner. Il s’est alors retranché dans sa propriété et a fait feu sur un gendarme, sans pour autant le blesser. Cet homme est activement recherché pour un homicide sur cette jeune femme et une tentative d’homicide sur un gendarme. L’enquête est pilotée par la section de recherche de Marseille.

Ce que l’on sait de lui

La gendarmerie a diffusé un appel à témoins qui donne quelques informations à son propos. Il s’agit de Marc Floris, un individu longiligne d’1,75 mètre, de type caucasien aux cheveux bruns. Âgé de 33 ans et né à Nice, il n’était pas connu des services de police jusqu’à ce jour. C’est un enfant du village de Gréolières. Un fils unique d’après le témoignage d’une habitante. C’est aussi un fils de chasseur, initié à cette pratique lorsqu’il était jeune. Il est salarié d’une société de travaux publics sur la Côte d’Azur.

Pourquoi l’intervention prend du temps

Marc Floris se serait réfugié dans les montagnes environnantes de la propriété familiale, à cinq ou six kilomètres du centre du village. Des lieux qu’il « connaît parfaitement », avec près de « 90 grottes », « des rivières et des bois » a expliqué le colonel de groupement qui dirige l’opération. « Le périmètre de recherche est important, dans un environnement pas facile, au relief compliqué », a exprimé Bernard Gonzales, le préfet des Alpes-Maritimes, qui espère que l’individu « se rende et dépose les armes ». La zone de recherche fait « plusieurs dizaines de kilomètres carrés », a ajouté le colonel qui n’a pas donné de détail sur son armement ni exclu l’hypothèse qu’il se soit échappé du dispositif, bien que cela semble peu probable.

Quels sont les moyens déployés ?

200 gendarmes et forces d’élite du GIGN dépêchés de région parisienne, soutenu par quatre hélicoptères de l’armée et de la gendarmerie, ont été déployés dans la zone. « Il n’y a pas de confinement de la commune », mais « des mesures de précaution et de sécurité » pour les habitations proches de celle du suspect, a précisé le préfet.