Tarascon : Un adolescent de 13 ans tué et démembré

HORREUR La victime avait fugué de son foyer et se rendait vraisemblablement chez sa mère qui habite dans la même rue que celui qui fut son bourreau

C.Po.
— 
Un policier (illustration)
Un policier (illustration) — SYSPEO/SIPA

[EDIT: Contrairement à ce que nous indiquions dans une précédente version de cet article, les analyses ADN n’ont révélé aucun acte d’anthropophagie, a indiqué le procureur]

C’est un scénario sordide, digne d’un film d’horreur qui s’est écrit dimanche soir à Tarascon, dans les Bouches-du-Rhône. Un adolescent de 13 ans a été tué et démembré, alors qu’il se rendait chez sa mère, a appris 20 Minutes de sources policières. Alors que dans un premier temps des sources policières faisaient état d’un visage « partiellement mangé », les analyses ADN ont démenti toute suspicion de cannibalisme. Le propriétaire de la maison, dont on soupçonne qu’il est son bourreau, a été tué par un policier adjoint qui fait aujourd’hui l’objet d’une enquête de l’IGPN, la police des polices.

L’affaire démarre vers 23h15 lorsqu’un homme appelle les secours, indiquant avoir aperçu dans un appartement de Tarascon un sac-poubelle dont la forme faisait penser à un corps. En arrivant sur les lieux, les policiers aperçoivent un homme prendre la fuite par le toit alors qu’ils forcent la porte. A l’intérieur, c’est une véritable scène d’horreur qui s’offre à eux : il découvre dans la cuisine, sous un sac-poubelle, un corps dont il manque le bras droit et la tête. Celle-ci est retrouvée dans un sceau dans la salle de bain. De nombreux objets sataniques sont également retrouvés à proximité.

La victime se rendait chez sa mère

La victime, un adolescent de 13 ans, qui s’était enfui vendredi soir du foyer de Marseille dans lequel il était placé, a rapidement été identifié. Selon les premiers éléments de l’enquête, il se rendait vraisemblablement chez sa mère, qui habite à quelques numéros de l’appartement dans lequel le mineur a été retrouvé.

Le propriétaire des lieux, Arthur A., 32 ans, très défavorablement connu des services de police pour des faits de violence et ayant effectué plusieurs séjours en hôpital psychiatrique, a été localisé peu avant 3 heures du matin dans le centre-ville d’Arles. Réfugié dans une impasse, il a tenté d’échapper aux forces de l’ordre en enjambant une grille avant d’être retenu par un riverain. Selon nos informations, un policier adjoint aurait néanmoins tiré sur l’homme soupçonné de cannibalisme. Malgré l’arrivée rapide des secours ce dernier n’a pas survécu. « Il a pu être pris de panique, on connaissait la dangerosité de cet homme », précise cette même source. Une enquête a été ouverte par l’IGPN​, en parallèle de l’enquête sur la mort du mineur, menée par la PJ locale.