Paris : Les faux VTC avaient trouvé une combine pour travailler

ENQUETE Sept personnes ont été interpellées par la police, suspectées d’être impliquée dans une vaste affaire de travail dissimulé impliquant des chauffeurs VTC démunis de carte

Thibaut Chevillard
— 
Illustration de VTC.
Illustration de VTC. — Pierre Andrieu

L’enquête des policiers de l’unité de contrôle des transports de personnes commence en mars dernier. Les « boers », comme ils sont surnommés, découvrent une combine employée par des chauffeurs démunis de carte VTC pour travailler à Paris : ils utilisent des comptes chauffeurs qui ne leur appartiennent pas, raconte à 20 Minutes une source policière. Au fil de leurs investigations, les fonctionnaires comprennent que ces chauffeurs sont en possession de fausses attestations d’assurances, fournies par six gérants de quatre sociétés différentes.

Le 29 juin, les enquêteurs décident de passer à l’action, interpellent sept personnes et en placent cinq en garde à vue pour abus de bien sociaux, travail dissimulé en bande organisée et délivrance de fausse attestation d’assurance. Lors des perquisitions, ils ont saisi deux véhicules, des articles de luxe – dont cinq montres – pour un total de 130.000 euros. Par ailleurs, ils ont gelé 80.000 euros d’avoirs. L’Urssaf a estimé le préjudice causé par deux sociétés complices à plus de 1,2 million d’euros. Deux personnes ont été déférées devant un juge d’instruction en vue d’une mise en examen.