Nantes : Un cambrioleur trahi par son masque oublié sur les lieux

ADN Les gendarmes sont remontés jusqu’à lui en exploitant de l’ADN retrouvé sur le masque

Julie Urbach

— 

Vous pouvez jeter certains de vos masques en tissu (mais pas par terre).
Vous pouvez jeter certains de vos masques en tissu (mais pas par terre). — Caro / Schuelke/SIPA

Un cambriolage dans le respect des gestes barrières. Ces derniers jours, la gendarmerie de Rezé rapporte avoir résolu plusieurs affaires de vol dont l’une grâce… à un masque de protection.

En décembre dernier, un cambriolage avait eu lieu dans une habitation des Sorinières, au sud de Nantes. Un homme avait escaladé une clôture puis était entré par une fenêtre, profitant de l’absence des occupants. Il avait pris la fuite avec des bijoux, mais un masque avait été retrouvé par les enquêteurs dans une chambre de l’habitation.

Il nie les faits

« La recherche ADN sur le masque permet d’identifier un individu défavorablement connu de la justice », annonce la gendarmerie. Le suspect était déjà incarcéré à la maison d’arrêt d’Angers. En attendant son procès, prévu en juin 2022, il a nié les faits, « sans pouvoir expliquer la présence de son masque dans la maison ».

L’homme est également mis en cause dans deux autres affaires similaires, sur les secteurs d’Ancenis et de Basse-Goulaine.