Nantes : Un réseau international de vols de GPS agricoles démantelé, deux suspects arrêtés

TRAFIC La gendarmerie enquêtait sur un trafic ayant sévi dans une quinzaine de départements français

20 Minutes avec AFP

— 

Photo d'illustration d'un tracteur, ici en Isère en mai.
Photo d'illustration d'un tracteur, ici en Isère en mai. — DOUCELIN / SIPA

Le prix de ce type d’appareil est de plusieurs milliers d’euros. Un réseau international de vol de GPS utilisés en agriculture, ayant sévi dans une quinzaine de départements, a été démantelé, a annoncé samedi le parquet de la juridiction interrégionale de Rennes.

Deux hommes de nationalité roumaine, interpellés dans la région nantaise, ont été mis en examen par un juge d’instruction de la juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Rennes « des chefs d’association de malfaiteurs en vue de la préparation d’un ou plusieurs délits punis de 10 ans d’emprisonnement et vol en bande organisée », selon le communiqué du parquet. L’un a été placé en détention provisoire et l’autre sous contrôle judiciaire. Le parquet « a sollicité en outre auprès des autorités judiciaires roumaines la remise des cinq mis en cause interpellés en Roumanie ».

Un total de 82 GPS dérobés

Ouverte en septembre dernier, l’information judiciaire a mis à jour, outre le réseau, « l’existence d’une filière de recel à destination de l’Europe de l’est, notamment de la Roumanie ». « Au total, ce sont les vols de 82 GPS agricoles ayant une valeur excédant le million d’euros qui pourraient être imputés à ces équipes », selon le parquet. Une quinzaine de départements français ont été concernés, en particulier en région Pays-de-la-Loire.

« Pour mener à bien les investigations, une cellule d’enquête nationale réunissant l’Office central de lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI) et le groupement de gendarmerie départementale de Vendée a été mise en place », précise le parquet. « Les investigations ont été réalisées en coopération avec les autorités judiciaires roumaines et les unités de police criminelle de Bucarest et de Craiova et ont bénéficié de l’appui d’Europol et Eurojust ».