Moselle : Le procureur « ne pense pas » qu’il y ait eu « dysfonctionnement des services judiciaires » dans le féminicide d’Hayange

FEMINICIDE Une jeune femme a été poignardée à mort à Hayange dans la nuit de dimanche à lundi

G.V. avec AFP

— 

Le procureur de la République de Metz,  Christian Mercuri (à droite) R) lors de la conférence de presse à Hayange le 25 mai 2021.
Le procureur de la République de Metz, Christian Mercuri (à droite) R) lors de la conférence de presse à Hayange le 25 mai 2021. — AFP

Dans la nuit de dimanche à lundi, une femme de 22 ans a été tuée de plusieurs coups de couteau à Hayange, en Moselle. Son compagnon, qui avait pris la fuite, a été interpellé lundi. Le suspect, âgé de 23 ans, avait déjà été condamné à un an de prison pour des délits routiers et avait récemment bénéficié d’un aménagement de peine. Il avait été placé mi-mai en détention à domicile sous surveillance électronique (DDSE).

Une main courante déposée par la victime en janvier 2020

Ce mardi, le procureur de la République de Metz, Christian Mercuri, a estimé qu’il n’y avait pas eu « de dysfonctionnement des services judiciaires » qui aurait pu conduire à la mort de la jeune femme.

« Je ne pense pas qu’à l’heure actuelle on puisse parler d’un dysfonctionnement des services judiciaires dans cette affaire », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse, tout en reconnaissant que la victime avait déposé une main courante en janvier 2020 et une plainte en novembre 2020 visant son conjoint.