Guadeloupe : Enquête sur le décès d’un homme après son interpellation

JUSTICE Claude Jean-Pierre, un sexagénaire guadeloupéen, était tombé inanimé, le 21 novembre 2020 à Deshaies en Guadeloupe lors d'un contrôle routier 

20 Minutes avec AFP

— 

Des gendarmes (Guadeloupe).
Des gendarmes (Guadeloupe). — no credit

Toute la lumière sera faite sur les circonstances ayant conduit au décès d’un homme deux semaines après son interpellation en novembre dernier, a assuré vendredi le procureur de la République en Guadeloupe, où la récente diffusion d’une vidéo suscite l’émoi. « On n’a rien à cacher, tout est fait pour trouver les éléments de réponse à apporter à la famille » de Claude Jean-Pierre, l’homme décédé, a déclaré le procureur de la République de Basse-Terre, Xavier Sicot, lors d’une conférence de presse.

Il s’exprimait à la suite de la diffusion, sur Le Média, jeudi, d’images montrant une partie du contrôle routier par des gendarmes au cours duquel Claude Jean-Pierre, sexagénaire guadeloupéen, était tombé inanimé, le 21 novembre 2020 à Deshaies. Il était décédé deux semaines plus tard au CHU de Pointe-à-Pitre. « Cinq mois certes c’est long pour des familles qui attendent des réponses, mais on est sur des investigations qui demandent du temps », a justifié le procureur. Selon lui, la famille « a accès à la procédure ». Une information judiciaire est ouverte contre X pour « homicide volontaire » depuis le 10 décembre.

La diffusion des images a suscité l’émoi en Guadeloupe, et enflamme les réseaux sociaux, où de nombreux internautes comparent la mort de l’homme à celle de George Floyd, aux Etats-Unis.

Vérité et justice

Pour Jean-Jacob Bicep, l’un des porte-paroles du Kolectif Gwadloup Kont Vyolans a Jandam (en créole, collectif guadeloupéen contre les violences des gendarmes), partie civile dans cette affaire, interrogé par RCI, jeudi, « ces images établissent le fait que Claude Jean-Pierre est mort suite aux violences commises par les gendarmes ». Selon Le Média, le rapport d’autopsie évoquerait « la luxation de deux cervicales » lors de l’exfiltration de l’homme de sa voiture. Les conclusions de l’autopsie « sont en cours de complément » a précisé Xavier Sicot vendredi.

« C’est la Guadeloupe toute entière qui réclame vérité et justice », a réagi dans un communiqué Josette Borel-Lincertin, présidente du Conseil Départemental, réclamant que l’enquête fasse « toute la lumière sur les circonstances exactes de l’interpellation et sur les causes du décès de Claude Jean-Pierre ». « Je vous alerte sur l’urgence qu’il y a à nous informer sur les suites de ce terrible drame et les circonstances qui l’entourent », a pour sa part écrit le député Max Mathiasin jeudi dans une lettre adressée au Premier ministre Jean Castex​.