Haute-Savoie : Un skieur et un alpiniste décèdent dans deux avalanches, les secours réclament « une grande vigilance »

MONTAGNE Un skieur de 23 ans et un alpiniste de 61 ans sont tous les deux morts, mercredi dans le secteur de l’Aiguille du Midi (Haute-Savoie)

J.Lau. avec AFP
— 
Photo d'illustration d'un hélicoptère du Peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) au Mont-Blanc.
Photo d'illustration d'un hélicoptère du Peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) au Mont-Blanc. — JEFF PACHOUD / AFP

Des avalanches ont à nouveau été mortelles, mercredi en Haute-Savoie. Un skieur et un alpiniste sont en effet décédés après deux avalanches distinctes, déclenchées dans le massif du Mont-Blanc, où les sorties sont rendues dangereuses par les conditions d’enneigement. Un skieur de 23 ans a d’abord été emporté et enseveli vers 10h30, alors qu’il descendait la face ouest du couloir des Cosmiques (à 3.600 m d’altitude), dans le secteur de l’Aiguille du Midi, avec un ami de 26 ans.

La jeune victime se trouvait en tête du duo lorsqu’une plaque à vent s’est détachée sous ses skis et l’a emportée sur 500 mètres. Son corps a été localisé au pied de la coulée par son ami, ainsi que par d’autres skieurs, grâce au système de détecteur de victimes d’avalanches (DVA). Le jeune homme a ensuite été extrait par les secouristes du peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) de Chamonix, qui ont tenté en vain de le ranimer.

« C’est une chance que nous n’ayons pas eu plus de morts »

Une seconde avalanche a été fatale à un alpiniste très expérimenté de 61 ans, qui progressait crampons aux pieds à 3.750 m d’altitude, sur la face sud de l’arrête des Cosmiques. La coulée s’est déclenchée au passage du sexagénaire, peu avant 12h45, et l’a emporté dans un couloir sur environ 300 mètres. La victime a été localisée par des guides de haute montagne à l’aide d’une sonde, puis extraite de la neige à la pelle par les secouristes du PGHM de Chamonix.

« Les accumulations importantes de neige sur le secteur, en partie dues au vent, réclament une grande vigilance, voire un renoncement », met en garde le colonel Stéphane Bozon, commandant de cette unité spécialisée dans le secours aux victimes en milieu périlleux. « Nous sommes dans des conditions hivernales, avec plus d’un mètre de neige par endroits, rappelle celui-ci. C’est une chance que nous n’ayons pas eu plus de morts sur cette journée. »