Charente-Maritime : Un ânon d’un jour retrouvé décapité et dépecé sur l’île de Ré

CRUAUTE ANIMALE La gendarmerie de la Charente-Maritime a ouvert une enquête

C.C.

— 

Une mère et son ânon (illustration).
Une mère et son ânon (illustration). — SEBASTIEN BOZON / AFP

C’est une découverte qui rappelle de très mauvais souvenirs à de nombreux éleveurs français. Ce dimanche, l’un d’eux a retrouvé l’un de ses ânons décapité et dépecé au pied dans les douves de la citadelle de Saint Martin de Ré en Charente-Maritime, relate Sud Ouest. Le petit venait juste d’être mis au monde par sa mère.

« Il faut vraiment être malade, désaxé, fou furieux pour avoir autant de lâcheté envers un petit animal qui n’a que quelques heures », s’énerve Régis Léau au micro de  France Bleu.

Une enquête ouverte par la gendarmerie

Il élève des ânes depuis plus de vingt ans et ses animaux sont connus des touristes de l’Île de Ré. Il n’a retrouvé que la tête et les membres arrière de son ânon, l’abdomen et les pattes avaient disparu. L’animal aurait été découpé au couteau.

La gendarmerie de la Charente-Maritime a ouvert une enquête. L’éleveur, lui, appelle ses collègues à la plus grande vigilance.