Béziers : Trois lycéens mis en examen pour avoir jeté des projectiles sur des policiers

ENQUETE Les faits ont eu lieu mercredi lors d'une manifestation

N.B.

— 

Le commissariat de Montpellier (illustration)
Le commissariat de Montpellier (illustration) — N. Bonzom / Maxele Presse

Mercredi, une manifestation de lycéens a dégénéré, à Béziers (Hérault). Des containers ont été brûlés, et des projectiles divers, des pierres, des canettes ou des œufs, ont été jetés contre des policiers, rapporte le procureur, Raphaël Balland. Des pompiers, qui intervenaient pour un incendie, ont été aussi pris pour cible.

Trois lycéens, âgés de 16 ans et scolarisés au lycée Jean-Moulin, avaient été interpellés et placés en garde à vue. Ce vendredi, ils ont été mis en examen, indique le procureur. Aucun des trois adolescents n’avait, jusqu’ici, été condamné par la justice.

Violences et dégradations

L’un d’eux devra répondre prochainement devant la justice de « violences sur personnes dépositaires de l’autorité publique » et « dégradations d’un bien par incendie ». Le lycéen a seulement reconnu qu’il avait participé à la mise à feu de containers poubelles, mais il a nié toute projection d’objets à l’encontre des policiers.

Un autre lycéen a été mis en examen, lui aussi, pour « violences sur personnes dépositaires de l’autorité publique » et « outrages » à l’encontre des mêmes policiers. Il est soupçonné de les avoir injuriés lors de son interpellation. Il a seulement reconnu avoir jeté une seule fois une poignée de petites pierres en direction des policiers, et a dit les avoir insultés sans connaître leur fonction.

Un troisième est, lui aussi, soupçonné de « violences sur personnes dépositaires de l’autorité publique ». Il a reconnu les faits, lors de sa garde à vue, affirmant avoir « fait comme tout le monde », indique le procureur, et qu’il regrettait son comportement. La juge pour enfants a ordonné, pour les deux derniers, « une mesure de réparation pénale », avec « des démarches concrètes à finalité pédagogique (…) pour prendre conscience de la gravité des infractions commises et de leurs conséquences ».