Strasbourg : Six personnes interpellées pour avoir tendu un guet-apens lors d’une fausse soirée coquine

VIOLENCE La victime est tombée dans un guet-apens sur un parking de Strasbourg, six personnes, dont trois femmes l’ont violenté et dépouillé

G.V.

— 

Illustration. Police nationale dans Strasbourg.
Illustration. Police nationale dans Strasbourg. — G. Varela / 20 Minutes

Les faits de violences et d’extorsion qui sont reprochés à six jeunes adultes, dont trois femmes, se sont produits le 20 février à Strasbourg. Cinq suspects ont été interpellés par la Sûreté départementale du Bas-Rhin le 5 mai chez eux, dans l’Eurométropole. Le sixième a été extrait de la maison d’arrêt de Mulhouse où il purgeait déjà une peine, indique un communiqué de la DDSP 67.

Tous ont été entendus sous le régime de la garde à vue et sont présentés ce vendredi devant le tribunal correctionnel de Strasbourg pour vol avec violence en comparution immédiate.

Les faits reprochés

Le 20 février, dans l’après-midi, un Strasbourgeois de 29 ans a été contacté via Snapchat par une de ses connaissances, une jeune fille de 20 ans qui lui a donné rendez-vous en début de soirée. Elle lui aurait fait miroiter une soirée coquine avant de le conduire en voiture. Après avoir acheté et fortement consommé de l’alcool, la jeune femme a prétexté vouloir fumer un joint dans un endroit tranquille. Ils se sont alors rendus sur parking du lac du Baggersee à d’Illkirch-Graffenstaden, près de Strasbourg.

Là où les attendaient cinq personnes. Ces dernières ont surgi avant de frapper le jeune homme et de s’emparer de ses 800 euros, ainsi que de son téléphone portable, des clés de son appartement et de sa carte bancaire. Sous la menace, il s’est résolu à donner son code secret, mais a volontairement donné un faux code, précise la police.

Dix jours d’ITT

Pendant qu’une partie du groupe le maintenait sur place, les autres ont quitté les lieux et se sont rendus à un distributeur de billets et tentaient, en vain, d’effectuer un retrait. Puis, munis des clés, ils sont allés à son domicile et ont fouillé intégralement le logement. Après presque deux heures de séquestration, les agresseurs ont finalement pris la fuite. Selon les DNA, ils se seraient payés avec leur larcin un séjour au Cap d’Agde.

Le jeune homme a pu intercepter un véhicule et à se faire conduire à l’hôpital avant de déposer plainte le lendemain matin. Alcoolisé au moment des faits, il n’a pu fournir aucun élément permettant l’identification des auteurs hormis la jeune femme avec laquelle il avait rendez-vous. L’examen médico-légal avait en revanche fait état d’une incapacité totale de travail (ITT) de dix jours.