Loir-et-Cher : Le maire de Romorantin épinglé pour des repas coûteux aux frais des contribuables

SCANDALE L’élu a estimé que le luxueux restaurant gastronomique où il avait dépensé 66.000 euros d’argent public entre 2017 et 2020 avec des invités offrait une publicité à moindre coût

20 Minutes avec agence

— 

Jeanny Lorgeoux, en 2013.
Jeanny Lorgeoux, en 2013. — Alain Jocard AFP

Jeanny Lorgeoux, le maire sans étiquette de Romorantin-Lanthenay (Loir-et-Cher), a suscité la polémique en utilisant de l’argent public pour payer des repas gastronomiques coûteux. L’élu aurait ainsi dépensé 66.000 euros de 2017 à 2020 dans un prestigieux restaurant local, affirme Mediapart. L’enquête concerne des fonds venus des caisses de sa ville et de la communauté de communes du Romorantinais (CCRM).

L’établissement en question, « Le Lion d’or », est un restaurant étoilé situé décrit comme l’un des meilleurs de la région par Jeanny Lorgeoux. « Quand je reçois des gens, je les reçois bien, c’est au vu et au su de tout le monde », a commenté le maire, qui a aussi assuré ne pas dépasser le montant des indemnités de représentation accordées par la ville et la CCRM.

Du caviar, des bouteilles de vin et de champagne…

L’édile reconnait l’existence des invitations faisant polémique et incluant notamment du caviar, des bouteilles de vin à 500 euros, de champagne à 700 euros, des menus à 145 euros. Les repas étaient partagés avec des entrepreneurs locaux ou encore des personnalités et des politiciens influents. Jeanny Lorgeoux a mis en avant l'« intérêt » de ces moments luxueux, qui lui auraient permis « d’économiser une partie de ce que [coûterait] la publicité », a-t-il expliqué.

Le maire s’est aussi vu reprocher un financement de 10.000 euros octroyé au « Lion d’or » par la CCRM. L’aide avait été accordée afin d’aider le restaurant à « attirer encore plus une clientèle étrangère ». Jeanny Lorgeoux a estimé que les « produits gastronomiques » constituaient « un instrument de relations publiques ». Il a néanmoins confié concevoir les critiques qui le visent tout en précisant savoir « ce que représente l’argent ».