Attaque terroriste à Rambouillet : L’assaillant Jamel G. n’avait « pas été détecté » comme étant « porteur de menaces »

TERRORISME Revivez les événements au lendemain de l'attentat terroriste à l'arme blanche perpétré au commissariat de Rambouillet et dans lequel une fonctionnaire de police a perdu la vie

S.A.

— 

Une fonctionnaire de police a été tuée dans une attaque au couteau au commissariat de Rambouillet, le 23 avril 2021.
Une fonctionnaire de police a été tuée dans une attaque au couteau au commissariat de Rambouillet, le 23 avril 2021. — Michel Euler/AP/SIPA

L’ESSENTIEL

  • Un Tunisien de 36 ans, inconnu des services de police, a fait irruption dans un commissariat de Rambouillet (Yvelines) vendredi armé d’un couteau et a attaqué une fonctionnaire de police. La fonctionnaire, une mère de famille de 44 ans est décédée des suites de ces blessures. Le suspect a été abattu.
  • L’assaillant a crié « allahou akbar » au moment de l’attaque et avait repéré les lieux auparavant. Compte tenu de ces éléments, le parquet antiterroriste a été saisi de l’affaire.
  • Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a annoncé que la sécurité allait être renforcée devant les commissariats et les gendarmeries.
  • Le Premier ministre Jean Castex, en déplacement en Occitanie ce samedi, tiendra une réunion dans l'après-midi avec les services et ministres concernés.

A LIRE AUSSI

VIDEO

Ce live prend fin... Merci de nous avoir suivis. Bien entendu, 20 Minutes continuera de suivre les suites de cette attaque terroriste à Rambouillet dès demain, dimanche. Rendez-vous sur 20minutes.fr

20h56 : L’assaillant « pas détecté » comme menaçant

L’assaillant Jamel G. n’avait « pas été détecté » comme étant « porteur de menaces », a déclaré samedi le coordonnateur national du renseignement Laurent Nuñez. Le ressortissant tunisien de 36 ans – tué par les tirs d’un policier après son attaque – « n’avait pas été porteur de menaces, on n’avait pas détecté de signes de radicalisation » à son sujet, a développé sur BFMTV Laurent Nuñez.

Jamel G. fait partie de ces « individus inconnus des services de renseignement, qui sont très isolés, n’ont pas de relations avec d’autres individus qui les rendraient détectables », a-t-il ajouté. « Les signes de radicalisation qu’ils donnent à voir sont très faibles », a insisté Laurent Nuñez, estimant qu'« à (sa) connaissance il n’y a pas eu de faille des services de renseignement ».

17h38 : Un premier hommage à Stéphanie M. sera rendu lundi

Les prochains jours seront ceux des hommages à Stéphanie M., agente administrative du secrétariat au commissariat, depuis vingt-huit ans « à Rambouillet », selon une source policière. Un hommage sera rendu lundi à 17h30 à l’agente administrative devant l’hôtel de ville, a indiqué la mairie sur Twitter.

Une cérémonie « sobre », un « moment de recueillement » pour « montrer notre soutien à sa famille, à ses collègues et aux policiers », a expliqué la maire, Véronique Matillon.

17h36 : Tenter d'éclairer les motivations de Jamel G.

Deux perquisitions ont également été menées vendredi soir, l’une chez le logeur de Thiais, l’autre au domicile du père à Rambouillet, où avait déménagé Jamel G., selon la source proche du dossier. Selon une autre source proche de l’enquête, les deux personnes interrogées avec le père forment un couple qui aurait domicilié l’assaillant « au moins administrativement » dans le Val-de-Marne.

Les trois gardes à vue ainsi que les documents et matériels saisis lors des perquisitions devraient permettre de faire progresser encore l’enquête. L’analyse de ces éléments pourrait éclairer les motivations de Jamel G., son parcours en France depuis son départ de Tunisie, comment il a préparé son acte, si des personnes l’ont aidé ou encouragé dans son projet ainsi que ses éventuels contacts noués en ligne avec des membres de la sphère djihadiste.

17h28 : Réunion au sommet à Matignon

En parallèle, une réunion a rassemblé ce samedi après-midi les services et ministres concernés (Intérieur, Justice, Armées) autour du Premier ministre Jean Castex, qui a écourté sa visite en Occitanie.

14h55 : Emmanuel Macron a rendu visite ce samedi à la famille de Stéphanie M., la policière assassinée

 

Emmanuel Macron s’est rendu ce samedi à Thoiry (Yvelines) dans la boulangerie de l’époux de la fonctionnaire de police décédée la veille d’une attaque au couteau à Rambouillet pour apporter son soutien à sa famille « très bouleversée et très digne », a annoncé l’Elysée. Le président s'est rendu dans la boulangerie du veuf, pour apporter son soutien à une famille « très bouleversée et très digne », a annoncé l'Elysée. Stéphanie M. était mère de deux filles de 13 et 18 ans. 

Il s’était auparavant entretenu dans la matinée avec le commissaire divisionnaire de Rambouillet pour lui exprimer « tout son soutien ainsi qu’aux collègues fonctionnaires de police », a précisé la présidence à l’AFP.

14h28 : La famille de l'assaillant sous le choc

Après avoir obtenu un diplôme de technicien en mécanique, Jamel Gorchene était parti en France en 2009. Ce Tunisien qui habitait depuis plusieurs années en région parisienne et était inconnu de la police française. Il a été abattu par la police, selon les premiers éléments de l’enquête française.

Sa famille en Tunisie réside dans une maison simple d’un étage, aux murs récemment blanchis, à cité Ennour. Scandalisée par le meurtre de la policière française, la cousine Sameh peine à s’expliquer les faits, mais estime que Jamel ne peut être qu’une « victime » : « il a été une proie facile, des gens ont profité de sa fragilité pour le radicaliser ».

Le père Salem, 70 ans, retraité, a été ouvrier de construction à Nice, dans le sud de la France, et continue à faire les allers et retours entre la Tunisie et la France, selon le cousin Noureddine. Il est actuellement entendu par la police française, en garde à vue.

Régularisé récemment, Jamel travaillait comme chauffeur dans la région parisienne.

« Quand j’ai entendu la nouvelle (l’attaque), j’étais étonné, mais tout est possible ! Tout peut arriver », estime Noureddine. « Je ne sais pas ce qu’il faisait en France, qui il fréquentait, peut-être qu’il avait subi un lavage de cerveau », dit-il. 

13h17 : Jamel Gorchene était originaire de la même ville que l’assaillant de Nice

La famille de Jamel Gorchene, 36 ans, qui habitait depuis plusieurs années près de Paris, est installée dans la périphérie de M’saken, ville moyenne du centre-est de la Tunisie. Elle réside dans une maison simple d’un étage, aux murs récemment blanchis.

C’est également de M’saken qu’était originaire Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, qui avait foncé avec un camion dans la foule le 14 juillet 2016 à Nice (86 morts), où il vivait depuis plusieurs années.

12h26 : L’assaillant dans un état « dépressif », suivi par un psychiatre selon sa famille

Jamel « n’était ni particulièrement religieux ni pieux » : dans la banlieue de M’saken, ville moyenne du centre-est de la Tunisie, la famille de l’assaillant qui a égorgé une policière près de Paris décrit samedi un homme dépressif, suivi par un psychiatre en France. A l’annonce de la nouvelle vendredi, la mère de Jamel Gorchene, 36 ans, a été hospitalisée. « On n’a rien à dire », explique tristement sa sœur, déclinant toute interview.

L’homme a grandi dans une famille de classe moyenne à la périphérie de M’saken, ville dans l’arrière-pays de la station balnéaire de Sousse (centre-est). Jamel Gorchene, qui a une sœur aînée et deux frères dont un jumeau selon ses proches, était revenu en Tunisie il y a environ un mois, pour la première fois depuis son départ en 2009. « Il comptait rentrer définitivement au bled, c’était prévu qu’il arrive aujourd’hui samedi, explique une cousine : Nous sommes toujours sous le choc, nous n’arrivons pas à réaliser ce qui s’est passé ! ».

 

12h19 : Des hommages seront rendus à Stéphanie M., la policière assassinée

Les prochains jours seront ceux des hommages à Stéphanie M., mère de deux filles de 13 et 18 ans, agente administrative du secrétariat au commissariat, depuis vingt-huit ans « à Rambouillet », selon une source policière.

12h15 : Le téléphone de Jamel G. examiné

Le téléphone de Jamel G. contenait « des nasheeds », des chants religieux musulmans, désormais fréquemment utilisés pour la propagande djihadiste, selon une source proche de l’enquête. Les enquêteurs doivent encore exploiter les éléments saisis lors de deux perquisitions réalisées vendredi aux domiciles du logeur à Thiais et du père à Rambouillet, où avait déménagé Jamel G., a-t-elle précisé.

10 heures : Trois personnes dans l’entourage de l’assaillant toujours en garde à vue

Les premières gardes à vue dans l’entourage de l’assaillant du commissariat de Rambouillet (Yvelines), qui se poursuivaient ce samedi matin, doivent aider les enquêteurs à dessiner le profil de cet homme inconnu de la police et du renseignement, qui a tué vendredi à coups de couteau une fonctionnaire de police.Le père du meurtrier, abattu juste après les faits par un policier, et deux autres personnes qui l’ont hébergé, l’une récemment à Thiais (Val-de-Marne) et l’autre à son arrivée en France en 2009, ont été placés en garde à vue vendredi soir, a indiqué une source proche du dossier. Les auditions se poursuivaient samedi matin, selon une source judiciaire. 

09h57 : Une réunion tenue dans l’après-midi par Jean Castex

Jean Castex a annoncé ce samedi à Toulouse raccourcir son déplacement en Occitanie pour mener une réunion à Paris à 15h30 avec les services et ministres concernés (Intérieur, Armées, Justice) sur les « suites qu’il convient de donner » à l’attaque mortelle contre une policière la veille à Rambouillet.

« Ma visite aujourd’hui s’effectue dans un contexte très particulier lié à l’attentat ignoble dont a été victime une fonctionnaire de police à Rambouillet hier. C’est la République qui est attaquée, c’est l’Etat qui est défié, et nous ne nous laisserons pas faire. Cela va m’amener à adapter ma visite. Je vais me rendre au commissariat central de Toulouse », a déclaré Jean Castex.

09h49 : Qui était l'assaillant Jamel G. ?

Inconnu des services de renseignement, le suspect, qui a assassiné une fonctionnaire de police avant d’être abattu par les forces de l’ordre, était très actif sur Facebook

Le point sur l’énigmatique parcours de l'assaillant, Jamel G. avec notre journaliste Philippe Berry.

 

09h45 : Ce que l'on sait de l'attaque terroriste perpétrée au commissariat de Rambouillet

Notre journaliste Caroline Politi fait le point sur le scénario de l'attaque juste ici.

 

Bienvenue avec nous sur ce live où nous rapporterons les dernières informations au lendemain de l’attaque au couteau survenu à Rambouillet vendredi, causant la mort d’une agent de police. Le suspect a été abattu.