Seine-et-Marne : Un oiseau a percuté l’avion de tourisme qui a fait quatre morts en se crashant

ENQUETE Les enquêteurs doivent encore déterminer si le choc avec l’oiseau est à l’origine du crash de l’avion de tourisme ou « si d’autres circonstances ont pu y contribuer »

F.H. avec AFP

— 

Un avion de tourisme Robin DR400. (Illustration)
Un avion de tourisme Robin DR400. (Illustration) — CYRIL VILLEMAIN / AFP

Un oiseau à l’origine du crash de l'avion de tourisme qui s’est écrasé en Seine-et-Marne, dimanche. Les premières investigations montrent qu'« une collision aviaire s’est produite pendant le vol de l’aéronef avec un oiseau type cormoran, lequel a percuté l’aile gauche de l’appareil », a indiqué, mercredi, dans un communiqué la procureure de Meaux, Laureline Peyrefitte, qui dirige l’enquête.

Dimanche vers 13h20, un Robin DR400 parti dans la matinée de l’aérodrome de Lognes (Seine-et-Marne) est tombé dans un champ de la commune de Saint-Pathus, située à la limite du département de l’Oise. Le crash a provoqué la mort d’un instructeur de vol de 37 ans et de trois élèves de 40, 30 et 21 ans.

L’avion avait piqué du nez brusquement

Les enquêteurs de la section de recherches de la gendarmerie des transports aériens et au groupement de gendarmerie de Seine-et-Marne sont parvenus à ce constat en analysant l’état de l’aile gauche de l’appareil ainsi qu’en pratiquant une nécropsie sur le cadavre d’un volatile découvert sur les lieux du crash. Ils doivent toutefois encore déterminer si la collision avec l’oiseau est effectivement « à l’origine de l’accident et de la chute de l’avion, et si d’autres circonstances ont pu y contribuer », ajoute Laureline Peyrefitte.

Les témoignages recueillis indiquent que l’avion volait normalement avant de piquer brusquement du nez et de percuter violemment le sol, avait annoncé le parquet en début de semaine.