Strasbourg : La BAC interpelle un jeune de 16 ans suspecté d'avoir violemment agressé un buraliste

ENQUETE Les enregistrements du système de vidéoprotection du bureau de tabac ont permis d’identifier l’auteur présumé d’une tentative de vol et de l’agression à l’arme blanche survenue ce mardi à Strasbourg

Gilles Varela

— 

Illustration. Police (Brigade Anti-Criminalite)
Illustration. Police (Brigade Anti-Criminalite) — SYSPEO/SIPA

Un homme de 16 ans a été interpellé par les policiers de la BAC ce mardi soir. Il est suspecté d’être l’auteur de la violente agression sur un buraliste. Les faits se sont produits le matin même, peu avant 11 heures. Ganté, visage dissimulé par un masque et une capuche, muni d’un couteau, un individu est entré dans le bureau de tabac, à Strasbourg, dans le quartier de l’Esplanade. Plus précisément boulevard d’Anvers.

L’individu s’est montré particulièrement menaçant explique la police avant de passer à l’arrière du comptoir pour s’emparer du tiroir-caisse sous les yeux du gérant et de son épouse. Il a finalement été mis en déroute par le buraliste qui a réussi à le repousser. C’est alors que l’individu est revenu vers lui, plus menaçant encore, et a tenté à plusieurs reprises de lui asséner un coup de couteau. Il a fini par atteindre la victime au flanc, lui occasionnant une plaie saignante. Le buraliste est cependant parvenu à le contraindre à quitter les lieux, sans son butin. Après avoir été secouru dans un premier temps par des témoins, le commerçant a été pris en charge par les Sapeurs Pompiers. Il est, pour l’heure, toujours hospitalisé sans que ses jours ne soient en danger, précise la police.

Un dispositif de surveillance

Les enregistrements du système de vidéoprotection du bureau de tabac ont permis d’identifier un mineur âgé de 16 ans, défavorablement connu la justice. Un dispositif de surveillance a alors été mis en place aux abords immédiats de son domicile. À 23h30, le soir même donc de l’agression, ce dernier a été interpellé par un équipage de la BAC dans une tenue vestimentaire différente de celle supposément portée le matin de l’agression. L’auteur présumé des faits est actuellement entendu sous le régime de la garde à vue.