Loire-Atlantique : Un trafic de stupéfiants entre la Martinique et l’agglomération nantaise démantelé

ENQUETE Sept personnes ont été mises en examen vendredi dans cette affaire de grosse ampleur

D.P.

— 

Une saisie de cocaïne (illustration).
Une saisie de cocaïne (illustration). — The Detroit News/TNS/Sipa USA/SI

Les sections de recherche de la gendarmerie nationale de Bourges et de Fort-de-France ont démantelé, au début du mois d’avril, un trafic de stupéfiant entre la Martinique et les Pays-de-la-Loire. Tout a commencé le 26 février 2020. Ce jour-là, une saisie douanière de dix kilos de cocaïne permet à la gendarmerie d’identifier un réseau de trafic qui opère entre la Martinique et les Pays-de-la-Loire et l’agglomération nantaise, en passant par Bourges. Le 1er septembre 2020, une cellule nationale d’enquête est créée. Son nom : la « BACJ-COCAINE-18-972 », regroupant les sections de recherche de Bourge et de Fort-de-France.

Cinq personnes en détention provisoire

Plus de six mois après le début de l’enquête, le 6 avril dernier, huit personnes sont interpellées en Martinique, à Nantes et à Bourges. Elles sont toutes placées en garde à vue.

Lors des perquisitions réalisées, les enquêteurs ont saisi « de 23,8 kg de résine de cannabis, un pain de cocaïne de 313 g, 4 véhicules, plus de 7.500 euros en numéraire, une sertisseuse électrique avec un stock d’une centaine de boîtes de conserve neuves, une compteuse à billets, cinq armes d’épaules, huit armes de poing et des milliers de munitions ainsi qu’une chambre de culture », selon un communiqué de la Gendarmerie nationale. Sept des personnes arrêtées ont été mises en examen vendredi. Cinq d’entre elles ont été placées en détention, et deux autres sous contrôle judiciaire.