Coronavirus en Haute-Garonne : Ils transforment un gîte loué en boîte de nuit, une centaine de «clubbeurs» verbalisés

EPIDEMIE Les deux organisateurs de cette discothèque clandestine ont été placés en garde à vue selon la gendarmerie

B.C.

— 

Lors d'une soirée (illustration).
Lors d'une soirée (illustration). — I.R. Nesbitt / Pixabay

La petite commune du Burgaud, au nord ouest de Toulouse, a connu une affluence au cours de la nuit de samedi à dimanche qui n’est pas passée inaperçue. Dans ce paisible village, où les coins tranquilles ne manquent pas, des fêtards ont eu l’idée de louer un gîte de grande capacité durant tout le week-end pour le transformer en boîte de nuit clandestine payante le temps d’une soirée. Les loueurs n’étaient vraisemblablement pas au courant de ce qui se tramait en pleine période de couvre-feu.

Une idée qui a marché puisque plus d’une centaine de personnes sont venues de loin pour pouvoir se payer durant plusieurs heures la possibilité de danser et boire des coups, sans gestes barrières, et en toute illégalité selon une information de La Dépêche du Midi.

Mais tout ce petit monde n’est pas passé inaperçu, même si des mesures avaient été prises pour rester le plus discret possible. Alerté par la musique et une noria de voitures, le voisinage a alerté la gendarmerie. En intervenant sur place, les militaires ont découvert le pot aux roses et distribué les amendes à 135 euros, notamment pour non-respect du couvre-feu.

« Les deux organisateurs ont été placés en garde à vue pour mise en danger de la vie d’autrui et les propriétaires qui ont loué le gîte ont été convoqués », confirme un porte-parole de la gendarmerie de la Haute-Garonne.