Rennes : Acte volontaire ? Enlèvement ? La disparition de Céline Vervaele reste toujours un mystère

ENQUETE La jeune femme n'a plus donné signe de vie depuis le 13 mars

Jérôme Gicquel

— 

Des plongeurs ont sondé la Vilaine à Rennes lundi pour tenter de retrouver Céline Vervaele.
Des plongeurs ont sondé la Vilaine à Rennes lundi pour tenter de retrouver Céline Vervaele. — Police Nationale 35
  • Céline Vervaele, 28 ans, est portée disparue depuis le 13 mars à Rennes.
  • Les causes de sa disparition restent toujours un mystère.
  • Une information judiciaire pour enlèvement et séquestration a été ouverte et confiée à un juge d’instruction.

Cela fait maintenant près de trois semaines que Céline Vervaele n’a plus donné signe de vie. C’est son compagnon qui avait signalé sa disparition le 14 mars, inquiet de ne pas la voir regagner leur appartement du quartier de Cleunay à Rennes. Depuis, les recherches se sont multipliées dans le secteur de la Prévalaye où la jeune femme de 28 ans avait l’habitude de se promener. Des plongeurs ont également sondé la Vilaine en début de semaine pour tenter de la retrouver. En vain pour l’instant.

Le mystère reste donc entier même si l’enquête a « permis de préciser le contexte de cette disparition et de recueillir des éléments factuels précis qui demeurent cependant encore incomplets », indique le procureur de la République de Rennes dans un communiqué. On sait ainsi que son couple battait de l’aile et qu’il était question d’une éventuelle séparation. Le 12 mars, la jeune femme a ainsi laissé une lettre à son compagnon dans laquelle elle évoquait une relation sentimentale avec un autre homme. Les vérifications faites auprès de ce dernier « n’ont révélé, en l’état, aucun élément l’associant à cette disparition », souligne Philippe Astruc.

Elle aurait été prise en stop le 16 mars à Saint-Grégoire

L’appel à témoins diffusé le 16 mars a par ailleurs permis de recueillir le témoignage d’une personne reconnaissant avoir pris Céline Vervaele en stop le 16 mars sur la commune de Saint-Grégoire au nord de Rennes. « Ce témoignage n’a pour l’heure pu être corroboré par d’autres éléments accréditant avec davantage de certitude une disparition volontaire », poursuit le procureur. Les causes de la disparition de la jeune femme « ne sont donc pas connues et plusieurs hypothèses demeurent ».

Ce jeudi, une information judiciaire confiée à un juge d’instruction a ainsi été ouverte « sous la qualification d’enlèvement et séquestration afin de poursuivre les investigations et recherches dans un cadre plus adapté ». Les personnes disposant d’informations sur cette disparition sont par ailleurs invitées à contacter la police nationale au 02.99.79.87.87.