Pyrénées : Comment la mort de l’ours Cachou a débouché sur le démantèlement d’un trafic de cocaïne

ENQUETE Les écoutes téléphoniques menées par les enquêteurs espagnols autour de la mort de l’ours Cachou ont permis d’aboutir à la découverte d’un trafic de cocaïne en provenance de Colombie

B.C.

— 

La dépouille de l'ours Cachou entouré d'agents spécialisés du Conseil général du Val d'Aran, en Espagne, lors de sa découverte.
La dépouille de l'ours Cachou entouré d'agents spécialisés du Conseil général du Val d'Aran, en Espagne, lors de sa découverte. — Conselh Generau d'Aran

Il y a un peu moins d’un an, la dépouille de l'ours Cachou était retrouvée sur le versant espagnol des Pyrénées, dans le Val d’Aran. Après plusieurs semaines d’enquête, le procureur de Lérida confirmait que le plantigrade de 5 ans avait été empoissonné à « l’éthylène Glycol », un antigel toxique utilisé dans le liquide de refroidissement des voitures.

Et le principal suspect dans cette affaire n’est autre qu'un garde forestier espagnol, aux côtés de cinq autres suspects. Une enquête qui a reposé notamment sur les écoutes téléphoniques, qui ont rebondi sur une autre affaire, de drogue cette fois-ci révèle le journal barcelonais La Vanguardia.

Au fil des conversations, les Mossos, les policiers catalans, ont entendu des références  indirectes à des livraisons de cocaïne. Cette nouvelle information judiciaire a débouché sur 12 arrestations vendredi, notamment à Villarreal Castellón, ainsi qu’à Vielha et Lleida. Dans cette dernière ville, un laboratoire de transformation de la cocaïne importée de Colombie, le pays d’origine de plusieurs suspects, a été retrouvé.