Seine-Saint-Denis : La fausse entreprise de VTC employait plus de 150 chauffeurs

ESCROQUERIE Les trois hommes comparaîtront en décembre pour travail dissimulé, abus de bien social et blanchiment

C.Po.

— 

Trois hommes sont soupçonnés d'avoir monté une société fictive de VTC (Photo illustration).
Trois hommes sont soupçonnés d'avoir monté une société fictive de VTC (Photo illustration). — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

En apparence, leur société avait tout d’une vraie : trois hommes à la tête d’une société de VTC comptant près de 150 chauffeurs ont été interpellés ce mercredi, a appris 20 Minutes de source policière. Ils sont soupçonnés de travail dissimulé, de blanchiment de fraude fiscale et d’abus de bien social… pour un montant qui donne le tournis : plus de 1,6 million d’euros. Ils comparaîtront au mois de décembre, précise le parquet de Bobigny.

Les trois mis en cause, âgés de 23 à 27 ans, sont soupçonnés d’avoir monté une entreprise fictive de VTC, opérant principalement aux abords de l’aéroport d’Orly. Si les chauffeurs étaient rémunérés, ils n’étaient pas déclarés et leurs employeurs ne payaient donc aucune cotisation sociale.

Si lors de la perquisition de leurs domiciles respectifs, en Seine-Saint-Denis, les enquêteurs de l’unité de contrôle des transports de personnes qui a mené les investigations appuyées par la brigade d’intervention n’ont découvert « que » 4.000 euros en espèce, plus de 450.000 euros ont été retrouvés sur les comptes des mis en cause. Selon une source policière, le président de la société a également utilisé les fonds de l’entreprise à des fins personnelles à hauteur de 790.000 euros. Des montants déjà faramineux auxquels s’ajoute le préjudice de l’Urssaf estimé à plusieurs centaines de milliers d’euros.