Coronavirus à Marseille : Sept interpellations en marge du carnaval, Martine Vassal porte plainte

FAITS DIVERS Le carnaval de la Plaine à Marseille, organisé malgré l'épidémie de coronavirus, s'est soldé par des échauffourées et des dégradations

Mathilde Ceilles

— 

Des participants au Carnaval de la Plaine à Marseille
Des participants au Carnaval de la Plaine à Marseille — Christophe Simon / AFP
  • Le carnaval de la Plaine à Marseille a réuni ce dimanche 6.500 personnes venues faire la fête malgré l’épidémie de coronavirus.
  • La préfecture de police a condamné fermement l’organisation de cet événement, non déclaré, qui s’est soldé par des dégradations.
  • Sept personnes ont été interpellées, et la présidente de la métropole a annoncé son intention de porter plainte.

La fête tourne à la polémique. Dans un communiqué diffusé dimanche soir, la préfète de police des Bouches-du-Rhône indiqué que sept personnes ont été interpellées en marge du carnaval de la Plaine à Marseille  Organisé malgré l’épidémie de coronavirus, ce carnaval politique et militant a réuni pas moins de 6.500 personnes, soit deux fois plus que lors de sa précédente édition, en 2019.

Dans ce communiqué de presse, la préfète de police affirme que « les forces de l’ordre sont intervenues pour disperser la foule et mettre fin immédiatement aux dégradations ». La préfecture fait état de « nombreux jets de projectiles et de mortiers » envers les policiers.

Une plainte de Martine Vassal

Dans cette même déclaration, la préfète de police condamne une fois de plus la tenue d’un tel événement qui, comme chaque année, n’a pas été déclaré aux autorités. « L’irresponsabilité, les violences et les dégradations commises par les participants au carnaval de la Plaine sont injustifiables, écrit la préfecture. Même si cet événement n’était pas déclaré en préfecture, un dispositif de contrôle avait été mis en place aux abords du parcours pour verbaliser le non-respect des gestes barrières. »

Dans un tweet, la présidente LR de la métropole Martine Vassal annonce son intention de porter plainte suite à ces dégradations. « Je demande à la mairie de Marseille de s’associer à moi dans cette démarche », écrit-elle. Toujours sur Twitter, le maire de Marseille, Benoît Payan, a fait part de sa « colère ». Il a précisé que les auteurs des dégradations auront à répondre de ces faits devant la justice.