Nice : Un homme hospitalisé d’office après avoir interrompu une messe à Notre-Dame, cinq mois après l’attentat

VIF EMOI Évoquant l’attaque au couteau qui a fait trois morts, ce trentenaire aurait déclaré : « Je soutiens mes cousins musulmans »

Fabien Binacchi

— 

Un militaire de l'operation Sentinelle face à la basilique Notre-Dame de l'Assomption, à Nice, le 3 novembre 2020
Un militaire de l'operation Sentinelle face à la basilique Notre-Dame de l'Assomption, à Nice, le 3 novembre 2020 — SYSPEO/SIPA

L’office de 11 h a été chamboulé, samedi, dans la basilique Notre-Dame de l’Assomption à Nice. Cinq mois après l’attaque au couteau qui a fait trois morts, un homme a été interpellé après avoir « interrompu » la messe « en évoquant l’attentat du 29 octobre », a indiqué le premier adjoint au maire de Nice Anthony Borré. L’individu âgé de 31 ans aurait notamment déclaré : « Je soutiens mes cousins musulmans », suscitant un vif émoi dans l’édifice religieux.

Arrêté par la police municipale et placé en garde à vue pour des faits d’« apologie du terrorisme », il s’est montré « incohérent » devant les enquêteurs, a indiqué le parquet de Nice à 20 Minutes ce dimanche. « Il a fait l’objet d’un placement en hospitalisation d’office », a-t-on précisé de même source. Le trentenaire avait déjà eu affaire à la justice en 2008, pour vol aggravé, et en 2012, pour détention de produits stupéfiants.

Le sacristain a pu rapidement donner l’alerte samedi, la basilique Notre-Dame de L’Assomption, sur l’avenue Jean-Médecin, étant équipée d’un bouton directement relié au Centre de supervision urbain de la ville de Nice.