Seine-et-Marne : Six hommes soupçonnés du vol de 130 voitures en six mois interpellés

ENQUETE Cinq hommes, soupçonnés du vol et du recel de véhicules seront jugés début mai. Un sixième a été condamné dans cette même affaire dans une procédure parallèle

Caroline Politi

— 

Illustration de la police judiciaire.
Illustration de la police judiciaire. — Syspeo / SIPA

Le mode opératoire était toujours le même. Des véhicules plutôt haut de gamme, généralement des Peugeot 3008, 5008 ou des DS7, volés la nuit dans le nord de la Seine-et-Marne mais également les départements voisins, après avoir été piratés. Un trafic de voitures volées de grande ampleur – au moins 130 depuis le mois d’octobre – a été démantelé ce mardi, a appris 20 Minutes de source policière. Six individus ont été interpellés par la police judiciaire de Meaux appuyée par la brigade de recherche et d’intervention de Versailles.

L’affaire démarre en octobre 2020 lorsque les services de police constatent une forte recrudescence des plaintes pour vol de ce type de véhicule. « La grande difficulté de ce type d’enquête, c’est de rapprocher des faits isolés pour établir des correspondances afin de mettre fin à l’activité de ces réseaux », insiste le commissaire Stéphane Guérin, le chef de la police judiciaire de Meaux. Peu à peu, les enquêteurs remontent ce réseau constitué de plusieurs équipes : une chargée des vols grâce notamment au piratage du système central des véhicules, une seconde les reprogrammait et les maquillait, une dernière organisait leur acheminement en Afrique. « Certaines de ces voitures étaient revendues pour une bouchée de pain, 1.000 ou 2.000 euros alors qu’elles étaient quasiment neuves », note le commissaire.

Un homme condamné, cinq autres attendent leur procès

Après plusieurs mois d’investigations, six hommes, âgés de 18 à 30 ans et pour la plupart bien connus des services de police et de justice, ont été interpellés mardi. L’un d’entre eux était d’ailleurs déjà incarcéré pour un autre fait lorsqu’il a été placé en garde à vue dans cette affaire. Cinq d’entre eux seront jugés le 7 mai, un sixième, qui a reconnu avoir participé au convoyage de ces véhicules, a été condamné jeudi dans une procédure de comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité.