Hauts-de-Seine : Un brancardier mis en examen pour s’être fait passer pour un futur médecin

USURPATION L’homme a assuré des gardes avant d’être démasqué par des médecins

S.P.

— 

Illustration d'un brancard, ici au sein de l'hôpital de Strasbourg.
Illustration d'un brancard, ici au sein de l'hôpital de Strasbourg. — F. Florin / AFP

Il se rêvait médecin mais n’en avait ni les compétences, ni même la formation. Un brancardier de 20 ans a été mis en examen mercredi pour « usurpation de la qualité d’étudiant en médecine, accès illégitime à des informations médicales et mise en danger d’autrui », rapporte France Info et Le Parisien. Saisi le 19 février dernier, le parquet des Hauts-de-Seine avait ouvert une enquête préliminaire et saisi la Brigade parisienne de répression de la délinquance contre la personne (BRDP).

Tout commence à la rentrée universitaire 2020 lorsque ce brancardier, employé sur le site du CHU de Saclay, dans l’Essonne, commence à se faire passer pour un étudiant de la fac de médecine de Paris-Descartes (Paris V). Dans ce cadre, il est embauché à plusieurs reprises comme aide-soignant ou aide opératoire, dans les hôpitaux Cochin à Paris ou Beaujon à Clichy. Lors d’un stage à l’hôpital Saint-Anne, spécialisé en psychiatrie, il aurait même prescrit des neuroleptiques à des patients. C’est son inexpérience et son comportement pas toujours adapté qui ont permis de le démasquer.

Convoqué début février par le doyen de l’université, le faux étudiant n’a cependant pas renoncé à travailler dans un établissement de santé : il était employé depuis le 1er mars dans un Ehpad de Seine-Maritime.