Angers : Un go fast intercepté par la police judiciaire avec 862 kg de cannabis à son bord

STUPEFIANTS Quatre hommes, âgés de 25 à 64 ans, ont été mis en examen et placés en détention provisoire

Thibaut Chevillard
— 
Un policier de la PJ de Lille, en mai 2016
Un policier de la PJ de Lille, en mai 2016 — AFP PHOTO / DENIS CHARLET
  • Quatre hommes âgés de 25 à 64 ans ont été interceptés jeudi dernier alors qu’ils remontaient d’Espagne avec 862 kg de cannabis.
  • À l’issue de 96 heures de garde à vue, ils ont été mis en examen pour trafic de stupéfiants. Ils encourent dix ans de prison.
  • Les enquêteurs les suspectent de faire partie d’un réseau d’importateurs de stupéfiants qui irriguait les grandes villes de l’ouest de la France.

Le Mans, Rennes, Nantes, Angers, Tours… Leur réseau irriguait en produits stupéfiants les grandes villes de l’ouest de la France. Quatre hommes, originaires du Mans, ont été interpellés jeudi dernier par les enquêteurs de la police judiciaire d’Angers alors qu’ils revenaient d’Espagne avec plusieurs centaines de kilos de cannabis dissimulés dans un poids lourd. À l’issue de 96 heures de garde à vue, les suspects, âgés de 25 à 64 ans, ont été présentés lundi à un juge d’instruction, qui les a mis en examen pour trafic de stupéfiants. Ils ont été placés en détention provisoire.

« C’est le haut du panier, il s’agit de gens qui approvisionnaient ensuite différentes cités », explique à 20 Minutes le commissaire divisionnaire Franck Hemery. Les enquêteurs de la PJ, placés sous ses ordres, enquêtaient depuis plusieurs mois sur ce réseau d’importation de cannabis. Après plusieurs semaines de surveillance, ils ont eu la certitude que cette équipe s’apprêtait à remonter d'Espagne à bord de deux véhicules : une voiture ouvreuse et un poids lourd qui transportait un tracteur et une citerne. Jeudi, vers 7h30, quelque part entre Vierzon et Tours, ils les ont interpellés sur l’A85 avec l’aide de la BRI de Nantes.

7 kg d’herbe et 1 kg de cocaïne

À l’intérieur de la citerne étaient dissimulés 862 kg de cannabis conditionnés en ballots, des « valises marocaines » dans le jargon policier. La valeur de la marchandise à la revente est estimée à 3,5 millions d’euros. Les policiers ont également mis la main, au domicile de l’un des suspects, sur 7 kg d’herbe de cannabis et un kilo de cocaïne. La drogue, qui était de bonne qualité, était conditionnée pour être vendue au détail. Certains des quatre hommes étaient déjà connus des services de police. Ils encourent jusqu’à dix ans d’emprisonnement.