Loire-Atlantique : Appelés pour un incendie de maison, les gendarmes découvrent une culture de cannabis

SURPRISE Drôle de surprise pour les militaires une fois que l’incendie était éteint

David Phelippeau
— 
Illustration gendarmerie.
Illustration gendarmerie. — SYSPEO/SIPA

Une petite surprise en prime. Dimanche, les gendarmes de Saint-Philbert-de-Grandlieu sont appelés pour un incendie de maison à Touvois en Loire-Atlantique. Mais sur place, ils trouvent plusieurs personnes devant le pavillon, dont les propos sont très confus. Des personnes qui paraissent alcoolisées, précise dans un communiqué la compagnie de gendarmerie départementale de Rezé.

Craignant la présence d’autres personnes dans la maison, les gendarmes pénètrent alors dans l’habitation et attaquent l’incendie, déclenché par une friteuse qui n’avait pas été débranchée, alors que les occupants s’étaient assoupis. Après quelques minutes, en se relayant, à l’aide d’un tuyau d’arrosage, ils maîtrisent les flammes et les pompiers achèvent de sécuriser les lieux.

Une culture de cannabis dissimulée au grenier

Deux gendarmes, qui ont inhalé des fumées toxiques, ainsi qu’un des occupants de la maison, âgé de 48 ans, sont pris en charge par les secours. Sa femme, leur fils et sa petite amie, sont, quant à eux, indemnes.

Mais lorsqu’ils effectuent une visite sécurité de la maison, les pompiers tombent dans le grenier de la maison sur une culture importante de cannabis. De nombreuses plantes sont au séchage et du matériel de culture est découvert. 477 g d’herbe ont été saisis et détruits. Des saisies ont été effectuées. Les militaires ont entendu les mis en cause, convoqués pour une ordonnance pénale le 31 mai.