Montpellier : Un vaste réseau de prostitution entre la France et l'Espagne démantelé par les policiers

ENQUETE Des jeunes femmes arrivaient en Espagne, et étaient réduites à la prostitution en France

N.B.

— 

Le commissariat de Montpellier (illustration)
Le commissariat de Montpellier (illustration) — N. Bonzom / Maxele Presse

Treize suspects ont été interpellés mardi, huit en Espagne, trois à Perpignan (Pyrénées-Orientales), un en Italie et un en Roumanie, dans le cadre du démantèlement d’un vaste réseau européen de prostitution, a appris 20 Minutes ce jeudi d’une source policière.

Ce sont les policiers de la PJ de Montpellier (Hérault), épaulés, notamment, par l’Office central pour la répression de la traite des êtres humains et leurs collègues espagnols, qui ont permis de démanteler ce réseau, soupçonné d’avoir réduit des jeunes femmes à la prostitution depuis plusieurs années. Une trentaine de victimes a été identifiée.

Un « call center »

En juin 2020, deux jeunes femmes, d’origine colombienne, s’étaient présentées au commissariat de Montpellier, indiquant être séquestrées et prostituées dans un appartement, dans le quartier de la gare. Un homme, soupçonné de les retenir comme leur gré, avait été interpellé par les policiers de la sûreté départementale de Montpellier.

Au gré de leurs investigations, les enquêteurs ont découvert qu’il s’agissait d’un réseau bien plus important. Ils sont parvenus à remonter jusqu’à une structure basée à Barcelone (Espagne), soupçonnée d’avoir accueilli de jeunes Sud-américaines pour les prostituer dans plusieurs villes de France. Dix-huit appartements ont été investis par les policiers, notamment à Poitiers (Viennes) ou à Niort (Deux-Sèvres).

Ce lieu aurait également servi à organiser des rendez-vous avec des clients qui se connectent sur des sites d’escort girls, à la façon d’un « call center ».