Nîmes : Une enquête ouverte après un acte de vandalisme sur un réservoir qui alimente la ville en eau potable

INVESTIGATIONS Les habitants des zones concernées peuvent à nouveau boire l'eau du robinet

N.B.

— 

Un robinet (illustration)
Un robinet (illustration) — Tony Gutierrez/AP/SIPA

Une enquête de la gendarmerie​ a été ouverte, après que les services de l’agglomération de Nîmes (Gard) ont constaté un acte de vandalisme, vendredi soir, sur un réservoir d’eau, qui alimente une partie de la ville en eau potable.

Le capot de la cuve a été arraché, indique la collectivité, qui a déposé plainte contre X.

Tout danger levé

La cuve en question a été immédiatement isolée, et les premiers résultats disponibles ont permis de mettre en lumière l’absence de toxicité. Toutefois, les habitants de certains quartiers, notamment le Mas de Mingue, Courbessac et le Chemin Bas d’Avignon, ont été invités à ne pas boire l’eau du robinet, et des distributions de bouteilles ont été mises en place.

Samedi, tout danger a été écarté, et les mesures de précaution ont été levées.