Couvre-feu à Lille : Une vingtaine de fêtards se cachent dans un petit appart à l'arrivée de la police

FETE CLANDESTINE Une nouvelle fête clandestine a tourné court après l’intervention des forces de l’ordre

Mikaël Libert

— 

Illustration de la police.
Illustration de la police. — Clément Follain / 20 Minutes

A chaque semaine son lot de fêtes clandestines avec, à chaque fois aussi, son lot d’anecdotes pour tenter d’esquiver la sanction. Jeudi soir, c’est encore ce qui est arrivé à une vingtaine de jeunes étudiants lillois a-t-on appris auprès de la police.

Ce sont des appels « 17 » pour du tapage qui ont déclenché une opération de police dans un logement, rue Mourmant, dans le quartier de Wazemmes, à Lille. Les agents de la BAC sont arrivés sur place vers 21h30 et n’ont eu aucun mal à repérer l’appartement dans lequel était organisée la « petite » fête, des personnes se trouvant sur le balcon.

Un logement trop petit pour s’y cacher à 27

Tranquillement, les policiers ont sonné à la porte du logement et se font fait ouvrir sans aucune difficulté. Dans la place, ils ont constaté la présence « d’une vingtaine de personnes alcoolisées tenant, pour certains, des propos incohérents », rapporte la direction départementale de la sécurité publique (DDSP).

Côté fêtards, la vue des policiers a jeté un vent de panique. Tous ont tenté bien maladroitement de se cacher. Tentative vouée à l’échec, le petit logement n’offrant pas d’opportunité de dissimulation pour 27 personnes.

Bref, les policiers ont finalement contrôlé tout le monde. Il s’agissait d’étudiants âgés de 19 à 22 ans originaires des quatre coins de la France. Ceci fait, ils ont été invités à regagner leurs domiciles respectifs et, dès le pied posé sur le trottoir, ils ont été verbalisés pour non-respect du couvre-feu​. On ignore si les deux occupants du logement, organisateurs présumés de la fête, seront poursuivis par ailleurs.