Saint-Priest : Une « nourrice » payée 1.000 euros par mois interpellée par la police

DROGUE Un jeune homme de 20 ans doit être jugé ce mercredi en comparution immédiate, à Lyon, pour trafic de stupéfiants

C.G.
Illustration de résine de cannabis saisie par un policier. Ici à Rennes, en juin 2020.
Illustration de résine de cannabis saisie par un policier. Ici à Rennes, en juin 2020. — C. Allain / 20 Minutes

Un simple détail leur a mis la puce à l’oreille. Les policiers de la BAC de Lyon ont arrêté lundi, un jeune homme de 20 ans à Saint-Priest sans penser forcément qu’ils tomberaient sur d’importantes réserves de drogue.

Ils ont d’abord été intrigués par le véhicule du suspect dont le déflecteur avant droit était cassé. Ce qui leur a fait penser à une voiture volée, précise ce mercredi la Sûreté du Rhône. Les agents, ayant entrepris de contrôler le conducteur pour vérifier leur hypothèse, ont alors détecté une forte odeur de cannabis émanant de l’habitacle.

Il tait le nom de son recruteur

En fouillant la voiture et en perquisitionnant le domicile du suspect, les agents de la BAC ont découvert 24 grammes de cocaïne, 660 grammes d’huile de cannabis, 1,3 kg d’herbe de cannabis, 4,8 kg de résine de cannabis, des emballages ayant pu contenir jusqu’à 45 kg de drogue mais aussi deux armes de poing, huit munitions et 29.700 euros.

Le jeune homme a indiqué avoir été recruté comme « nourrice » depuis deux mois par un homme dont il a caché le nom par peur de représailles. Pour une rémunération de 1.000 euros par mois, il était chargé de garder la drogue et de remettre les stupéfiants aux clients qui se manifestaient et passaient commandes sur un réseau social. Il doit être jugé en comparution immédiate à Lyon ce mercredi après-midi.