Rixe mortelle dans l’Essonne : Un adolescent, se disant l’auteur des coups de couteau, se rend

ENQUETE Un second ado, âgé de 13 ans, touché à la gorge, se trouve toujours en urgence absolue

Caroline Politi

— 

Un brassard de la police, à Paris, en septembre 2019.
Un brassard de la police, à Paris, en septembre 2019. — Tristan Reynaud/SIPA

Il est à peine plus âgé que la victime. Mardi soir, quelques heures à peine après la mort d’un adolescent de 14 ans, poignardé à la gorge au cours d’une rixe à Boussy-Saint-Antoine, dans l’Essonne, un jeune homme de 15 ans s’est présenté au commissariat accompagné de sa mère en indiquant être l’auteur des coups de couteau​, a appris 20 Minutes de sources concordantes. Il aurait également reconnu avoir poignardé un deuxième adolescent, âgé de 13 ans, qui se trouvait mardi soir en urgence absolue.

« Ce n’est que le tout début de l’enquête, il va désormais falloir confronter ses propos avec les éléments de l’enquête, insiste le parquet. Il se dit être l’auteur des coups de couteau, il va falloir s’assurer qu’il l’est réellement. » L’adolescent a été placé en garde à vue dans la soirée, tout comme six autres mineurs – âgés de 17 ans – interpellés quelques heures plus tôt en marge de la rixe.

Bâtons, béquilles et armes blanches

Le drame s’est produit mardi vers 17 heures, aux abords de la piscine de Boussy-Saint-Antoine. Une trentaine de jeunes appartenant, selon les premiers éléments de l’enquête, à deux bandes rivales d’Epinay-sous-Sénart et de Quincy-sous-Sénart, dans le sud du département, se sont affrontées, armés de bâtons, béquilles et armes blanches. Si les raisons précises de cet affrontement restent à déterminer, une source policière évoque « des tensions grandissantes » depuis plusieurs semaines en ces quartiers.

Selon le préfet de l’Essonne, Eric Jalon, 91 rixes ont été recensées en 2020 dans le département, contre 56 en 2019. En déplacement dans le département mardi soir, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a annoncé le renfort d’une « soixantaine » de gendarmes à Dourdan, d’où sont originaires les six adolescents soupçonnés d’avoir tué une collégienne de 14 ans qui s’interposait à une rixe, et une « trentaine » de policiers à Boussy-Saint-Antoine. Il a également annoncé qu’il réunirait en fin de semaine, avec son collègue de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, tous les préfets d’Ile-de-France, sur la question des bandes rivales.