La Baule : La police l’avait empêché de sauter du pont de Saint-Nazaire, il lui écrit une lettre émouvante

SAUVETAGE Cet habitant de Pornichet, qui a failli mettre fin à ses jours le 28 janvier, a envoyé une lettre émouvante au commissariat de La Baule

F.B.

— 

Le pont de Saint-Nazaire.
Le pont de Saint-Nazaire. — LOIC VENANCE / AFP

Il y a parfois des messages qui font chaud au cœur et donnent un peu plus de motivation dans l’exercice de son métier. Comme ce courrier envoyé début février au commissariat de La Baule et que la police nationale a décidé de partager. Il émane d’un habitant de Pornichet ( Loire-Atlantique) pris en charge le 28 janvier au sommet du pont de Saint-Nazaire. L’homme, désespéré et un peu alcoolisé, avait été sauvé in extremis par la police alors qu’il s’apprêtait à sauter de l’ouvrage, à 60 mètres au-dessus de l’estuaire.

« Je tiens à féliciter l’équipage Bac de la nuit qui ce soir-là a très vite su discerner la gravité de la situation, écrit l’auteur de la lettre. J’allais commettre l’irréparable. Avec bravoure et courage, les fonctionnaires m’ont rattrapé sur le parapet au moment où j’allais sauter. Je regrette vivement mon geste et je leur dois la vie. Sans eux je n’écrirais pas cette lettre aujourd’hui. » Le Pornichétin insiste « sur le professionnalisme » et le « sang-froid » des policiers avant de conclure en capitales : « Merci ».

La police nationale a remercié, à son tour, sur les réseaux sociaux, cet habitant pour l’envoi de ce courrier.